Inquisitio : un séminaire de recherche sur l’Inquisition médiévale. Au travers du « Livre des Sentences » de Bernard Gui.

Au tournant des XIIIe et XIVe s., toute la région toulousaine –plus largement le Languedoc–, déchirée depuis presque deux siècles par les dissensions religieuses et politiques, connaît les derniers soubresauts de l’hérésie. Le roi de France a repris la main, les querelles semblent s’apaiser. Le Catharisme est pratiquement mis à genoux.

Le Catharisme : ou du moins ces mouvements religieux chrétiens diffus et confus que l’institution ecclésiale combat et qu’elle tente de définir comme un tout, sous cette étiquette cathare. Pour ce combat, l’Église a dû forger de nouvelles armes : l’inquisition, constituée par des frères dominicains et franciscains, chargée de traquer, débusquer, confondre et ramener au bercail les brebis égarées, par la parole et la persuasion. En lien étroit avec le bras séculier, en l’occurrence le pouvoir royal qui trouve là un beau moyen de mieux s’imposer dans ces terres inhospitalières, les inquisiteurs vont donc tenter de ramener au christianisme catholique bon nombre de laïques et de religieux, et parfois en condamner, qui à l’humiliation, qui à la prison, qui au bûcher.

Bernard Gui (ou Bernard de Gui) est un de ces inquisiteurs dominicains. Rendu célèbre par son rôle quasi diabolique (et créé de toutes pièces) dans le labyrinthique roman d’Umberto Eco, « le Nom de la Rose », il est devenu, avec le terrible Torquemada –né un siècle et demi plus tard–, le symbole de l’inquisiteur dans notre société contemporaine. On trouve le « vrai » Bernard Gui dès 1280 dans un couvent de Limoges, puis chargé de responsabilités au sein de l’ordre dominicain, au niveau local puis régional. Il prend alors en main l’inquisition dans la région, pour éradiquer les derniers mouvements hérétiques, de 1307 à 1323. « Manager » davantage que théologien de haut vol, il écrit beaucoup : des œuvres hagiographiques ou historiographiques, mais il couche aussi sur le parchemin son travail d’inquisiteur : le « Livre des Sentences » ou encore un « Manuel des inquisiteurs ».

Le « Livre des sentences » est une compilation, confectionnée avant 1323, de décisions de justice inquisitoriale, de proclamations de sentences promulguées par Bernard Gui au cours de sermons prononcés en public. C’est le texte de ces « sermons » inquisitoriaux qui est reproduit dans ce recueil : 21 ensembles documentaires réunis par l’inquisiteur lui-même. On n’y trouvera pas de procès-verbaux de témoignages ou d’aveux (ou alors en extraits), contrairement à d’autres documents célèbres (comme l’enquête des dominicains Bernard de Caux et de Jean de Saint-Pierre en 1245-1247 ou le recueil de dépositions et de confessions à Pamiers par l’évêque Jacques Fournier de 1318 à 1325). Mais les presque 640 personnes jugées et les 940 décisions de justice prises dans le « Livre des Sentences », tout récemment édité et traduit, font de cette dernière source un document essentiel pour l’histoire de l’inquisition médiévale1.

Inquisition, Inquisitio, tel est le nom de cette série télévisée qui constitua le « feuilleton de l’été » 2012. La vision du Moyen Âge, de l’hérésie, de l’inquisition… qui y était présentée était tellement ridicule (et dangereuse car tissée de lieux communs et d’idées toutes faites, fausses évidemment) qu’elle nous décida à une réaction : proposer aux étudiants de Bac13 (c’est-à-dire Licence3) Histoire de l’Université de Louvain, à Louvain-la-Neuve, pour l’année 2012-2013, la participation à un séminaire relatif à l’histoire de l’inquisition, autour du Livre des sentences de Bernard Gui. Une vingtaine d’étudiants se réunirent autour de nous pour étudier l’inquisition selon Bernard Gui et, partant, la vision des « hérétiques » qu’elle nous livre.

L’objectif du séminaire : comprendre l’institution médiévale de l’Inquisition, son fonctionnement, son organisation, ses outils juridiques, ses relations avec les autorités temporelles ; mais aussi saisir ce qu’est l’ « hérésie » selon Bernard Gui : qui sont les hérétiques, comment vivent-ils, quelles sont leurs croyances… Il est pratiquement impossible d’analyser l’ « hérésie » –ou plutôt les hérésies– comme elle se présente, puisqu’elle n’a laissé aucune trace documentaire. Ces mouvements déviants ou dissidents ne peuvent donc être saisis qu’au travers de la vision qu’en ont donnée les inquisiteurs ou, plus largement, le monde ecclésiastique catholique. Soit, ici, au travers du « Livre des Sentences ». C’est donc une construction intellectuelle que nous livre Bernard Gui, qui tente de comprendre le monde des hérétiques en le systématisant avec ses propres outils, pour mieux le combattre. Les étudiants néo-louvanistes ont donc été confrontés à un grand défi critique : l’étude des mouvements hérétiques de la fin du XIIIe-début du XIVe s., au moment où ils sont en train de disparaître, au travers des sources laissées par leurs opposants.

Le défi était d’autant plus grand que l’historiographie actuelle, autour de cette question de l’inquisition, est complexe, déchirée entre différentes écoles, entre les tenants de l’existence d’une église cathare « structurée » et ceux qui sont attachés à la réalité historique de mouvements hérétiques diffus, non-structurés et difficilement saisissables dans les sources2. Les étudiants durent trouver leur chemin critique dans cette forêt.

Durant les prochaines semaines, les étudiants qui ont participé à ce séminaire publieront, jour après jour, les « bonnes feuilles » de leur travail. Chacun a rédigé une note de blog en dégageant de sa recherche les données qui lui semblaient les plus innovantes et assume la paternité des travaux ici publiés. Le lecteur, que nous espérons fidèle, suivra donc, trois fois par semaine (les lundi, mercredi et vendredi), cette publication en feuilleton. La qualité de ces travaux, qui font montre d’une vraie maturité scientifique, témoigne de l’importance de former à la recherche très tôt les étudiants apprentis historiens.

 

Paul Bertrand, Professeur en Histoire médiévale

Marie Van Eeckenrode, assistante en Histoire médiévale

  1. Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, 1308-1323, éd. et trad. du latin par Annette Pales-Gobilliard, 2 vol., Paris, 2002 (Sources d’histoire médiévale, 30) et Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry, Paris, 2010 (Lire le Moyen Âge) []
  2. Citons simplement les noms de quelques-uns des grands protagonistes des deux écoles : Anne Brenon, René Nelli, Jean Duvernoy ; Monique Zerner, Uwe Brunn, Julien Théry… []

Une réflexion au sujet de « Inquisitio : un séminaire de recherche sur l’Inquisition médiévale. Au travers du « Livre des Sentences » de Bernard Gui. »

  1. monique maillard-luypaert

    Superbe initiative ! Et bien utile pour combattre les clichés véhiculés par les médias.
    Félicitations à tous les deux ! Et bien sûr aussi aux étudiants. Je lirai ces « bonnes feuilles » avec grand plaisir…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *