Archives mensuelles : juillet 2019

Cathares et Vaudois : les « sentences » de l’inquisition

À l’aube du XIIIe siècle, une nouvelle guerre sainte est déclarée. Pas pour délivrer la Terre sainte, mais contre d’autres chrétiens. Le champ de bataille est choisi, ce sera le Languedoc, dans le midi de la France actuel. S’engage alors un dur combat qui va entrainer près de 20 années de ravages, de guerre et de lutte. La paix fragile qui règne au Moyen Âge est à nouveau brisée. Les barons francs du nord du Royaume de France descendent en quête de gloire et de richesse. La paix fait place aux pillages et destructions, persécutions, arrestations arbitraires et condamnation à mort sont prononcées sans distinctions. C’est aux tournants des années 1240-1250 que s’installe la plus redoutable institution de répression de l’hérésie. Il s’agit de l’inquisition languedocienne, le bras armé de la Papauté dans la région. Crée pour traquer l’hérésie et la supprimer, elle va se révéler implacable et d’une redoutable efficacité. Cadrée par les directives du quatrième Concile de Latran, l’inquisition est un tribunal spécial appliquant les premières enquêtes rigoureuses. C’est avec elle que la procédure inquisitoire va devenir une procédure accusatoire. C’est dans les dernières décennies du XIIIe siècle, aux côtés de Geoffroy d’Ablis et de Jacques Fournier, futur Benoit XII, que Bernard Gui fait office d’inquisiteur à Toulouse.

De nombreux procès inquisitoriaux voient le jour en Languedoc entre les années 1240 et les deux premières décennies du XIVe siècle. L’inquisiteur Bernard Gui, frère de l’ordre mineur des Dominicains laisse une trace particulièrement importante dans ce domaine. Il intente de nombreux procès inquisitoriaux, condamnant à différentes peines.

Si dans la Practicia[1], il établit les caractéristiques des différentes hérésies et tente de réaliser une liste des fautes pour chaque hérésie, son livre des sentences regroupe les procès-verbaux des différents sermons qu’il a réalisés lors de sa période inquisitoriale. Que ce soit pour des fautes communes, des fautes touchant à la doctrine (prêche, confession…) ou pour des fautes apportant une quelconque « logistique » (dons, logements…), il va énoncer des sentences de croix, de pèlerinage, d’emprisonnement pour plus d’un demi-millier de personnes. Parmi toutes les peines qu’il prononcera, et pour des fautes qui sont identiques aux autres peines, la plus terrible est celle de la remise à la cour séculière, où les relaps et les hauts gradés des sectes hérétiques vaudoises et cathares sont condamnés à la peine de feu, c’est-à-dire le bûcher. Que ce soit les cathares ou les Vaudois, peu subiront des peines de remises à la cour séculières, mais nombreux sont ceux qui sont condamnés aux ports des croix et au Mur, la prison.

Que ce soit au milieu du XIIIème siècle ou au début du XIVème, avec les Vaudois et les Cathares, les inquisiteurs se retrouvent devant deux hérésies qui sont difficiles à cerner. Le fait d’avoir des dissidents agissant dans le secret le plus total est un défi pour les inquisiteurs. C’est par des arrestations et des interrogatoires de croyants cathares ou vaudois que les inquisiteurs arrivent à lutter contre les hérésies. Luttant d’abord et avant tout contre l’hérésie cathare, les inquisiteurs de Toulouse  imputent aux hérétiques de nombreuses fautes, parfois banales parfois plus graves. Elles sont si diverses et variées qu’il est difficile d’en appréhender l’ampleur.

Mais pour les Vaudois et les Cathares, les fautes retenues par Bernard Gui et le tribunal de l’inquisition à l’aube du XIVe ne se différencient que sur la fréquence de celles-ci. Cependant, certaines fautes sont liées davantage aux Cathares qu’aux Vaudois et inversement. Pour les condamnés aux ports de croix ainsi que pour les condamnés au Mur, les Cathares sont davantage condamnés pour des fautes relevant du contact avec des hérétiques, alors que les Vaudois eux sont davantage condamnés pour des fautes relevant de la question doctrinale, principalement des fautes de confession ou d’interprétation. On constate une différence entre les Vaudois et les Cathares par le fait que les Vaudois semblent avoir déjà tous subi une peine d’emprisonnement au Mur, à l’inverse des Cathares. La peine capitale étant la remise à la cour séculière, cette sentence n’est que minoritaire chez Bernard Gui ou les autres inquisiteurs. Cathares et Vaudois reçoivent des peines semblables pour des fautes quasi similaires. Et que ce soit un inquisiteur du milieu du XIIIe s. ou un inquisiteur du début du XIVe s., comme Bernard Gui, la procédure, les fautes et les peines ne diffèrent qu’extrêmement peu. Seules les peines capitales varient d’un inquisiteur à l’autre

Yassine Filali et Thomas Pirotte

[1] Guidonis Bernardus, Manuel de l’inquisiteur, édité et traduit par G. Mollat ; avec la collaboration de G. Drioux, 44 éd., Paris, les Belles Lettres, 2007

 

Les méthodes d’écriture de Bernard Gui

Durant la fin du XIIIe siècle et le premier tiers du XIVe siècle, le célèbre inquisiteur Bernard Gui  a rédigé un nombre important de textes dans divers domaines. Ces domaines sont l’hagiographie avec différents textes portant sur les Gestes et Vies de Saints, l’histoire avec des chroniques sur la royauté française et la papauté et la rédaction de l’un des premiers manuels d’inquisiteurs : la Practica Inquisitionis1.

La rédaction de toutes ses œuvres passe par le rassemblement d’un corpus de sources important, qui ne cesse de s’agrandir au fur et à mesure de ses voyages, tandis qu’il réécrit ses œuvres à la découverte de nouvelles informations. Mais l’exploitation et le référencement de ses sources varient beaucoup suivant le type de texte qu’il produit : pour les textes hagiographiques, les sources sont toujours citées et bien exploitées, même si souvent manquent leur titre ou le nom de leur auteur alors que dans ses écrits historiques, les sources sont peu citées. Dans la rédaction de la Practica, nous n’avons pas de confirmation de l’identité de ses sources, mais nous savons après analyse qu’il s’est inspiré des manuels qui ont précédé le sien.

Bernard Gui va faire appel à deux processus : celui d’augmentation et celui d’abréviation2. Le premier consiste, avec diverses techniques, à allonger le texte de départ qu’utilise l’écrivain, c’est ce qui lui servira notamment pour réaliser son oeuvre hagiographique ; alors que le deuxième consiste à réduire la taille d’un texte de base sans pour autant lui retirer son contenu – une synthétisation, donc – qui lui servira pour rédiger ses œuvres historiques, notamment ses chroniques. Cela témoigne d’une érudition très forte de sa part, caractérisée notamment par une recherche de la vérité appuyée sur des sources3.

Sa méthode écrite « inquisitoriale » présente, elle, des différences importantes. Il utilise quelque peu les mêmes techniques de compilation pour la rédaction de son œuvre principale : la Practica Inquisitionis et sa méthode d’inquisiteur y transparait dedans – de même dans son Liber Sententiarum – mais, malgré tout, les méthodes de rédaction sont fortement orientées par sa volonté farouche de pourfendre les hérétiques du Languedoc. Quand bien même Annette Palès-Gobillard nuance la réputation du personnage en expliquant qu’il a envoyé peu de personnes au bûcher par rapport aux inquisiteurs des périodes précédentes, laissant donc penser qu’il s’avère être un inquisiteur plutôt doué de compassion4, l’aversion de Bernard Gui envers les cathares et autres hérétiques languedociens transparaît dans ses textes comme dans les sources qu’il utilise5.

Dumont Sébastien et Windels Thomas.

 

 
   

1 BERNARDUS GUIDONIS, DRIOUX Georges et MOLLAT Guillaume, Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2006, (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 44).

2 GUENEE Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, (Collection historique (Aubier)).

3 LAMARRIGUE Anne-Marie, Bernard Gui (1261-1331) : un historien et sa méthode, Paris, Champion, 2000, p. 178 (Études d’histoire médiévale, 5).

4 PALES-GOBILLIARD Annette, « Bernard Gui inquisiteur et auteur de la Practica », dans BIGET Jean-Louis (éd.), Inquisistion et société en pays d’oc (XIIIe et XIVe siècles), Toulouse, Privat, 2014 (Histoire religieuse languedoc, 2), p. 125-131.

5 BERNARD GUI, Manuel de l’inquisiteur, dans DRIOUX Georges et MOLLAT Guillaume (éd.), Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2006. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Age, 44), p. 87.

La représentation des Cathares dans la bande dessinée

Depuis les années 1980, les bandes dessinées représentant les cathares connaissent un succès. Parmi celles-ci, on retrouve « Le triangle secret », « Le jeune homme du suaire », « Je suis cathare », « Le dernier cathare », « Jordane, petite fille cathare de Fanjeaux », « Vasco. Le diable et le cathare », « Mémoire de cendres » ou encore « Cathare ». Malgré une thématique similaire, les représentations varient d’un ouvrage à l’autre. Comment représente-t-on les cathares, aujourd’hui, dans la bande dessinée ?

Les cathares sont tantôt représentés comme des martyrs, tantôt comme des guerriers violents. Cette diversité dans la mise en scène peut s’expliquer à la fois par le fait que les historiens ne partagent pas tous la même opinion à propos de l’histoire du catharisme, mais aussi par le fait que le public ciblé n’est pas toujours similaire. Effectivement, certaines œuvres sont destinées à des enfants tandis que d’autres à de jeunes adultes. Certains auteurs utilisent le Moyen Âge, et dans ce cas, le catharisme, afin de créer des scénarii captivants suscités par cette période présentée comme mystérieuse et sombre. L’historicité ne semble pas être leur préoccupation.

Néanmoins, nous pouvons dire que, dans la plupart des cas, les Cathares sont des personnes persécutées et pauvres, portant des habits modestes, à l’inverse des Chrétiens qui sont représentés comme étant riches. Les couleurs utilisées par les coloristes mettent en avant cette différence. Les Parfaits portent des manteaux noirs ou bruns, tandis que les chrétiens et les habitants des castra sont représentés avec des couleurs vives.

Concernant leur place dans la société, les Cathares sont victimes des oppressions de l’Église. La croisade des Albigeois et l’Inquisition sont développées dans l’ensemble des bandes dessinées sélectionnées. Les Cathares sont alors amenés à fuir et à se défendre. On observe dès lors l’importance des seigneurs locaux qui viennent en aide aux hérétiques en leur fournissant une défense. Le lieu de Montségur est présenté comme un lieu stratégique.

Quant à l’aspect religieux, il n’est pas au centre des scénarii. Le centre d’intérêt est, davantage, le conflit opposant les deux religions sans que le Catharisme soit explicitement expliqué à l’exception de l’œuvre scénarisée par Anne Brenon. Nous ne retrouvons la présence de rites, comme le consolamentum, que dans deux récits, dont celui de l’historienne A. Brenon. La représentation religieuse est donc peu présente contrairement à la représentation guerrière/victime.

A propos de l’aspect physique, les dessinateurs ont représenté leurs personnages sous des formes variées ayant, parfois, des cheveux longs, parfois des cheveux courts ou étant chauve, portant tantôt une barbe, tantôt le visage. Il ne semble pas qu’un type de représentation ressorte. De plus, dans cinq des bandes dessinées choisies pour ce travail, la place de la femme est secondaire. Les auteurs, excepté A. Brenon et Jarbinet, ont préféré mettre en scène des hommes.

En outre, nous avons pu constater que certains scénaristes ont tenté de respecter la vérité historique en s’inspirant de faits repris par certains scientifiques. Par exemple, cela s’observe dans « Jordane, petite fille cathare de Fanjeaux » où la scénariste, A. Brenon, a souhaité faire apparaître le fruit de ses recherches. Dans la majorité des cas travaillées, des similitudes ont pu être dressées et semblent être reprises de l’école traditionnelle (celle qui soutient l’existence d’un Catharisme organisé et structuré).

Maxime Dubois et Corentin Stassin