Archives mensuelles : juin 2019

L’origine orientale du catharisme au XIIe et au XIIIe : une quête de légitimité ou une invention de l’Église ?

L’origine du mouvement cathare est un sujet qui a alimenté un nombre important de questionnements et de fantasmes au fil des siècles. Depuis ces dernières décennies, l’engouement autour de ce thème a permis des avancées notables dans une recherche aussi difficile que polémique. Dans le cadre de ce séminaire, nous avons pour objectif d’apporter un regard neuf afin de constituer notre propre jugement sur la question.

L’axe de recherche a été déterminé sur base du thème suivant : « L’origine orientale du catharisme à travers le XIIe et XIIIe siècle : le lien avec le bogomilisme est-il la réponse à un mouvement en quête de légitimité ou bien les autorités ecclésiastiques occidentales sont-elles à la base de cette corrélation ? »

Pour réaliser cette recherche, trois sources manuscrites datant du XIIe et XIIIe siècle ont été utilisées. La première est la lettre d’Evervin de Steinfeld. Il s’agit d’une correspondance privée entre le prévôt et Bernard de Clairvaux. Ensuite, nous avons analysé deux documents issus de la famille des sources lombardes : De heresi catharorum in Lombardia et Tractatus de hereticis seront analysés. Ces textes y développent une généalogie des Églises cathares d’Italie et une certaine filiation avec l’Orient.

Deux grandes parties ont été traitées dans cette recherche. Tout d’abord, la question de l’existence même du bogomilisme sera présentée sur base des sources contemporaines à la propagation de l’hérésie. Ensuite, les différents témoignages du XIIe et du XIIIe siècle qui reprennent un lien entre les hérésies occidentales et orientales ont été exposés de manière sommaire. Dans un second temps, les documents susnommés ont été soumis à une critique interne et externe avec, premièrement, la question d’un lien entre l’Occident et l’Orient qui sera avancée grâce à une comparaison des sources entre elles. Ensuite, les points de vue des auteurs à propos des dissidents et les raisons pour lesquelles ils les remettent par écrit vont être analysés.

Ces trois écrits laissent présager, à la première lecture, une arrivée en Occident des dissidents par le biais de voyages, voire de missions d’évangélisation hérétiques depuis l’Orient. L’idée d’un lien entre les bogomiles et les cathares semble exister. Cependant, il est nécessaire de dépasser cette représentation qui a été fort sollicitée durant la seconde moitié du XXe.s.

Au regard de la lettre du prévôt de Steinfeld, ce lien n’est pas aussi évident à déceler. Premièrement, le catharisme n’est pas un terme qui existait au moment d’Evervin de Steinfeld. Même si ces hérétiques ont des caractéristiques proches de celles des cathares désignés par Eckbert de Schönau, il est délicat de les associer à ce courant dissident. Le texte en lui-même n’indique pas clairement une ascendance bogomile, mais plus largement une origine orientale. Il nous est apparu qu’il s’agirait plus d’une tentative de légitimation de leur mouvement plutôt que d’une réelle filiation avec l’Orient. Comme s’ils essayaient de se montrer plus dignes que l’Église officielle. Ils font remonter leur histoire aux contrées orientales, proches de celles du Christ et à une époque assez lointaine, en particulier au début de la religion chrétienne et au temps des martyrs.

La vision que porte Evervin sur ceux-ci montre qu’ils sont très mal considérés par l’Église de Rome, comme des personnes ayant suivi le mauvais chemin les menant à Satan et à l’Enfer. Essayant de les comprendre un peu face à ce choix de vie, Evervin n’éprouve pas pour autant de bienveillance à leur égard. Il n’existe pour lui qu’une religion digne, c’est celle de Rome. Tout être qui déroge à cela n’est qu’un sous-homme condamné qui contamine tout le monde, du simple paysan aux membres du clergé. Et il faut agir face à ce fléau, comme si cela était une maladie à éradiquer. Cet avis a l’air d’être suivi par l’inquisiteur Anselme d’Alexandrie. En effet, à travers son texte et l’utilisation de certains termes, il met l’accent sur le caractère corrompu de la dissidence lombarde, sans pour autant la juger ouvertement. Le but de la correspondance entretenue entre les deux hommes est très clair. C’est de demander de l’aide à l’abbé afin de combattre ces nouvelles communautés d’hérétiques. Il ne cherche, par contre, pas à créer ou à apercevoir un quelconque lien entre les hérésies d’Orient et celles qui sont près de chez lui, n’ayant fait que relayer le message promulgué par ces déviants avant leur mort.

En revanche, pour les sources lombardes, les intentions sont plus difficiles à déceler. Nous ne pouvons formuler que des hypothèses à ce sujet. Ces deux documents suivent la même trame générale sans pour autant être identiques, comme si l’histoire avait évolué au fil du temps. Il se pourrait que nous analysions un conte qui a été transmis par tradition orale avant d’être remis par écrit au début du XIIIe siècle. De heresi catharorum, a peut-être, plus tard, inspiré Anselme d’Alexandrie pour formuler sa narration. Il y a donc des différences voir des contradictions à relever entre les deux sources. L’objectif des auteurs peut être multiple. Dans un contexte de tensions lié à la prise de Constantinople par les croisés, les auteurs auraient pu diffamer les orientaux en les accusant d’être à l’origine des déviances au sein de l’Église de Rome. Ils pourraient aussi délégitimer les cathares en mettant en avant leur incapacité à s’entendre entre différents groupes ; mais aussi en appuyant sur les comportements jugés douteux de leurs évêques. Enfin, il existe une théorie selon laquelle les représentants de l’Église de Rome – incapable de cerner les hérésies qui les entourent – leur inventent une genèse et des jalons auxquels ils peuvent se raccrocher et les définir.

Pour terminer, l’origine orientale des cathares ou plus largement des hérésies occidentales, ressort bien dans les sources vues ci-dessus, sans pour autant que cela puisse être considéré comme vraisemblable. Certes, des ressemblances entre les hérétiques bulgares et de Cologne peuvent être décelées, mais, plus vraisemblablement, les hérétiques vont suivre toujours plus ou moins les mêmes rites afin de se détacher de l’Église de Rome et afin de retourner à un idéal remontant au début de la Chrétienté. Nous pouvons supputer que des contacts, via le commerce ou la guerre, ont pu être établis entre les différents groupes. Cela aurait pu influer la doctrine dans une certaine mesure sans toutefois avoir une influence prédominante. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous serions tentés d’affirmer que l’origine bogomile de l’hérésie cathare n’a pas réellement existé. Toutefois, nous devons rester modeste par rapport à cette affirmation, dès lors que les spécialistes dans le domaine ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord.

Marie Decerf & Barthélémy Dufrasne

Etude des sentences inquisitoriales dans le Languedoc des XIIIe et XIVe siècles: l’utilisation des manuels et des registres de sentences – Les cas de Bernard de Caux, Bernard Gui, Geoffroy d’Ablis et Jacques Fournier

Au sein de notre travail de séminaire, nous avons abordé la thématique du manuel des inquisiteurs et de leur utilisation à travers l’étude des livres de sentences dans le cadre du processus inquisitorial dans la région du Languedoc entre les XIIIe et XIVe siècles. Nous avons dès lors posé une problématique, fil rouge de notre travail : En quoi l’étude des livres de sentences, au regard de l’utilisation des manuels d’inquisition, nous permet-elle d’observer les marges de manœuvre et les mentalités des juges ecclésiastiques dans la région du Languedoc aux XIIIe et XIVe siècles ?

Le XIVe siècle correspond à la fin du mouvement cathare, par le biais d’une répression mise en place par le siège pontifical dès la fin du XIIe siècle et codifiée tout au long du XIIIe siècle. Ainsi, l’apparition de manuels « d’utilisation » pour les inquisiteurs dans le cadre de cette politique de chasse à l’hérétique permet d’en apprendre long sur le fonctionnement des tribunaux inquisitoriaux dans le courant des XIIIe et XIVe siècles. Rempli de préjugés sur son rôle et son action – notamment leur rapport à la torture –, le phénomène inquisitorial se doit d’être étudié plus profondément afin d’en dégager les racines et les subtilités.

 Dès lors, nous avons tenté, dans les limites de ce séminaire, d’observer la manifestation des mentalités et la marge de manœuvre des inquisiteurs entre autres à travers les registres de sentences de Jacques Fournier, Geoffroy d’Ablis et Bernard Gui en parallèle avec les manuels d’inquisiteurs de ce dernier et de Bernard de Caux et Jean de Saint Pierre. Comprenons avant tout qu’il est impossible d’étudier le caractère des inquisiteurs en tant qu’individu et qu’il est donc inévitable de les analyser à travers leur fonction ecclésiastique et les sources qu’ils ont laissées à la postérité (sources qui sont d’ailleurs très inégales).

Dans l’ensemble, les inquisiteurs cherchent à (re)convertir les accusés qui paraissent face à eux. Ceux-ci sont évidemment punis et doivent faire pénitence, mais celle-ci se limite principalement à un pèlerinage ou un port de la croix. Dans les cas extrêmes, on retrouve toutefois des mises au Mur (en prison) ou même un cas de bannissement du Royaume de France. Ceci tronque cette vision erronée de l’inquisition languedocienne des XIIIe et XIVe siècles. Les tribunaux sont ainsi davantage pénitentiels que réellement répressifs.

Quant à la marge de manœuvre, elle ne diffère pas énormément en fonction des inquisiteurs. Les livres de sentences parlent d’eux-mêmes et sont de fait très semblables quant à la forme et le fond. Ils utilisent les mêmes manuels et la construction d’une certaine jurisprudence ecclésiastique, ne dépassant donc pas le cadre qui leur a été imposé. Bernard Gui et Geoffroy d’Ablis ont travaillé ensemble et ont donc une méthode très similaire. Ils ont contribué à deux à l’arrestation d’un très grand nombre d’hérétiques. Jacques Fournier tente une approche rhétorique et argumentative, écoutant le plaidoyer de chaque prévenu avant de tenter de le convaincre de revenir à la confession catholique par pénitence légère. La notion du pouvoir inquisitorial reste très floue, notamment à cause de la rupture causée par la bulle pontificale de Clément V, réformant complètement la marge de manœuvre des inquisiteurs. Malgré cela, ceux-ci ne cherchent au final pas spécialement à innover dans leur méthode, adoptant parfois un comportement « humain » qui demeure toutefois cadenassé par leur règlement et leur devoir en tant qu’officier de l’Église de Rome.

Eva Depienne & Vincent Mazy

Les châteaux cathares : démystification de leurs rôles lors de la croisade albigeoise

Dans un contexte d’émulation scientifique à propos des cathares et de leur existence, nous avons décidé de nous intéresser au rôle géopolitique et idéologique des châteaux cathares durant la croisade albigeoise. Grâce aux trois sources étudiées, La chanson de la Croisade Albigeoise de Guillaume de Tudèle, La chronique de Guillaume de Puylaurens et l’Histoire albigeoise de Pierre des Vaux de Cernay, nous avons pu nous pencher sur la façon dont les catholiques et les cathares, ou tout du moins les seigneurs occitans, ont perçu les castra, citadelles et fortiae, au sein des évènements de la croisade.

Les châteaux cathares ont eu un impact géopolitique sur le territoire du Languedoc. À la fois au niveau de l’organisation du territoire notamment grâce à la hiérarchisation des châteaux et à la fois dans les prises de décisions diplomatiques qui émanaient de ces forteresses. Ces châteaux ont également été le lieu de tractations militaires. Les lieux servaient de rencontre diplomatique entre seigneurs, de lieu d’emprisonnement après un siège, mais également de  lieu de soumission d’un seigneur cathare et de propagande de la peur durant la prise d’une de ces forteresses.

Concernant leurs rôles idéologiques, les châteaux cathares ont constitué indéniablement la cible de la « rechristianisation » mise en place par la papauté et le pouvoir militaire de Simon de Montfort. Que ce soit par la prédication de moines ou des purges d’hérétiques, le pouvoir catholique a perçu les châteaux comme le siège de l’hérésie cathare. Bien que certains châteaux vassaux ont effectivement servi de refuge aux hérétiques, les forteresses n’étaient pas forcement des repères de dissidents religieux. En parallèle, selon les sources, les châteaux étaient le siège de miracles. Il se trouve cependant que ces récits miraculeux étaient plus des outils de propagande littéraire que de réels récits historiques. Néanmoins, ces récits miraculeux développent la vision fantastique des châteaux. On peut donc dire que les châteaux cathares peuvent être vus comme de réels outils militaires, diplomatiques et religieux.

Marie Landrieux & Illana Levy

La Charte de Niquinta et l’Assemblée de Saint-Félix (1167) : Historiographie et enjeux d’une source controversée (1930-2019)

La Charte de Niquinta, source controversée de l’histoire du catharisme relate la tenue d’un concile cathare dans le château de Saint-Félix en Lauragais en 1167 lors duquel serait intervenu un dignitaire originaire des Balkans, papa Niquinta pour résoudre un conflit territorial entre les Églises de Toulouse et de Carcassonne. L’authenticité de ce document pose question dès l’Époque moderne et fait l’objet d’un débat construit à partir des années 30, quand l’argumentaire autour de cette source ne cesse d’évoluer.

Le moment fort du débat est l’année 1999, date pivot caractérisée par un avant et un après : une période antérieure durant laquelle les chercheurs pour la plupart impliqués dans le monde catholique mettent sur pied un argumentaire solide appuyé par la découverte de nouvelles sources et dont les arguments seront repris par les successeurs. Au cours de l’année 1999 elle-même,un colloque est organisé rassemblant les spécialistes de la question, qui, ne parvenant pas à trancher sur la question de l’authenticité décident de faire analyser la source par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes. Cette année se caractérise par une période de pessimisme quant à l’authenticité de la source. Une période postérieure s’ouvre, lors de laquelle des chercheurs de divers horizons refont une synthèse critique du débat et ouvrent à une nouvelle dynamique de confiance en l’authenticité de la charte. Au terme de l’analyse du débat, il ressort que cette source ne s’apparente pas à une charte, mais plutôt à une notice ou à un procès-verbal. Il y a peu de probabilité pour que la charte soit un faux catholique, car le style tempéré du texte détonne avec la virulence employée par les auteurs catholiques dans les sources de la même époque. L’hypothèse du faux moderne est quant à elle entièrement rejetée par la communauté scientifique après analyse minutieuse. Il reste donc l’hypothèse du vrai cathare, position d’ailleurs préférée et justifiée par une courte réflexion hypothétique dans cette contribution : la charte de Niquinta serait restée dans le milieu cathare jusqu’au XIIIe siècle, période à laquelle Pierre Isarn découvre la source, la trouve très utile dans un siècle de difficultés pour l’hérésie cathare (croisade albigeoise, etc.) et la fait recopier. Malgré tout, le débat n’est pas clos : le thème semble cependant saturé, épuisé et ne pourrait être renouvelé que par la découverte de nouvelles sources qui pourraient alors peut-être nous faire basculer dans une nouvelle ère de l’historiographie de la Charte de Niquinta.

Dans tous les cas, l’authenticité de ce document fait l’objet d’un grand intérêt qui se traduit dans les enjeux qu’elle représente dans nos connaissances de l’hérésie médiévale : « cette source pourrait représenter la trace la plus ancienne de la tenue d’une assemblée hérétique autonome dans le Midi de la France, témoignant de l’organisation précoce déjà atteinte par les cathares dans le début du XIIe siècle et prouvant que le « péril hérétique » n’est pas un fantasme des clercs, mais une réalité. »

Clara Folie & Lison Vercammen

Les Cathares ont-ils existé ?

Les Cathares, ce groupe d’hérétiques au destin dramatique, poursuivis par l’inquisition et l’autorité royale, ont-ils existé ? La question est devenue brûlante au sein de la communauté scientifique.

Montségur

La critique des sources et des travaux sur les Cathares a constitué le coeur du séminaire de 3eme année de bachelier (L3) à l’Université Catholique de Louvain, à Louvain-la-Neuve, cette année 2018-2019.

La problématique du séminaire: deux écoles historiques s’opposent depuis plus de vingt ans autour de l’existence d’une église cathare, de communautés cathares organisées un peu partout en Europe et notamment dans le Sud-Ouest de la France, du 12e au 14e s. C’est jusqu’à la dénomination de « cathare » qui est mise en question. Une école, traditionnelle, maintient qu’une hérésie cathare structurée a bien existé ; l’autre, plus récente, s’oppose à cette vision qu’elle considère comme une erreur d’interprétation des sources.

Ce séminaire a voulu étudier ces deux positions et a tenté de définir ces deux écoles. Les étudiantes et étudiants ont pris connaissance des différents travaux et des sources puis les ont critiqués. Ils ont rédigé par groupe de deux un travail de séminaire consacré à une « source cathare », à un thème d’histoire cathare (rituels cathares, communautés cathares, hiérarchie cathare, inquisition…), à des sources contemporaines (romans, bd, films, jeux vidéos) relatifs aux Cathares. Ce sont les résumés de ces travaux étudiants, les « bonnes feuilles », que nous vous proposons ici-même, au rythme d’une publication tous les trois jours. Chaque petit article est signé par ses auteurs. Il témoigne de la qualité de la recherche d’étudiantes et d’étudiants qui ont fait montre de leurs compétences et de leur passion.