Archives mensuelles : novembre 2014

Le procès des templiers, aspects de prosopographie

Ce travail a été réalisé dans le cadre du séminaire, avec pour thème le procès des templiers. Il s’attache à l’aspect prosopographique de ce procès, à savoir qui sont les templiers devant l’interrogatoire ? Nous avons donc passé en revue des interrogatoires issus tant de l’inquisition royale française à laquelle les templiers sont soumis dès 1307, que des travaux de la commission pontificale commanditée par Clément V de 1308 à 1312 pour enquêter sur l’ordre du Temple et tenter de reprendre la mainmise sur une procédure judiciaire initiée par Philippe le Bel.1

Plusieurs éléments en sont ressortis sur base du contraste entre les résultats de l’inquisition royale qui, ayant utilisé la torture et les mauvais traitements, parvint à faire avouer les rites honteux et hérétiques dont on les soupçonnait à la quasi-totalité des templiers interrogés, y compris les grands dignitaires de l’ordre et ceux de la commission pontificale. En effet, un certain nombre de templiers reviennent sur leurs aveux devant les envoyés du pape, et tentent de défendre l’ordre, même si cette volonté de défense sera anéantie par la condamnation à mort le 10 mai 1310 de 54 templiers sur le bûcher, à l’instigation du roi de France.2

On a tout de même pu constater plusieurs éléments intéressants, comme par exemple une certaine homogénéité dans les proportions de réponses fournies entre les différentes catégories de frères. En effet, que ce soit pour les questions portant sur les rites d’adoubement comme le reniement de Dieu ou le crachat sur la croix, ou les pratiques d’homosexualités, à la fois les frères sergents et chevaliers fournissent les mêmes proportions d’aveux et de dénégation. Ce n’est que lorsque les commissaires abordent la question de l’idolâtrie que des différences apparaissent et que presque uniquement les chevaliers fournissent des informations à ce sujet. En effet, l’idolâtrie d’une tête, supposément celle du démon, était censée se dérouler lors des chapitres auxquels les simples frères cultivateurs ou artisans n’assistaient pas.

Au final, on remarque que la seule véritable différence significative au niveau des témoignages concerne les hauts dignitaires de l’ordre, chez qui on retrouve des récits beaucoup plus détaillés sur ces différents points d’accusation. On retrouve ainsi la tendance de l’inquisition royale à vouloir accabler ces hauts dignitaires afin de mieux discréditer l’ordre du Temple dans son ensemble.3

Marielle Radoux

  1. Barber Malcolm, The New Knighthood, a history of the order of the temple, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 302 []
  2. Oursel Raymond, Le procès des Templiers, Paris, Denoël, 1955, p. 163. []
  3. Barber Malcolm, Le procès des templiers, Paris, Tallandier, 2007, p. 117. []