Archives de l’auteur : Paul Bertrand

Cathares et Vaudois : les « sentences » de l’inquisition

À l’aube du XIIIe siècle, une nouvelle guerre sainte est déclarée. Pas pour délivrer la Terre sainte, mais contre d’autres chrétiens. Le champ de bataille est choisi, ce sera le Languedoc, dans le midi de la France actuel. S’engage alors un dur combat qui va entrainer près de 20 années de ravages, de guerre et de lutte. La paix fragile qui règne au Moyen Âge est à nouveau brisée. Les barons francs du nord du Royaume de France descendent en quête de gloire et de richesse. La paix fait place aux pillages et destructions, persécutions, arrestations arbitraires et condamnation à mort sont prononcées sans distinctions. C’est aux tournants des années 1240-1250 que s’installe la plus redoutable institution de répression de l’hérésie. Il s’agit de l’inquisition languedocienne, le bras armé de la Papauté dans la région. Crée pour traquer l’hérésie et la supprimer, elle va se révéler implacable et d’une redoutable efficacité. Cadrée par les directives du quatrième Concile de Latran, l’inquisition est un tribunal spécial appliquant les premières enquêtes rigoureuses. C’est avec elle que la procédure inquisitoire va devenir une procédure accusatoire. C’est dans les dernières décennies du XIIIe siècle, aux côtés de Geoffroy d’Ablis et de Jacques Fournier, futur Benoit XII, que Bernard Gui fait office d’inquisiteur à Toulouse.

De nombreux procès inquisitoriaux voient le jour en Languedoc entre les années 1240 et les deux premières décennies du XIVe siècle. L’inquisiteur Bernard Gui, frère de l’ordre mineur des Dominicains laisse une trace particulièrement importante dans ce domaine. Il intente de nombreux procès inquisitoriaux, condamnant à différentes peines.

Si dans la Practicia[1], il établit les caractéristiques des différentes hérésies et tente de réaliser une liste des fautes pour chaque hérésie, son livre des sentences regroupe les procès-verbaux des différents sermons qu’il a réalisés lors de sa période inquisitoriale. Que ce soit pour des fautes communes, des fautes touchant à la doctrine (prêche, confession…) ou pour des fautes apportant une quelconque « logistique » (dons, logements…), il va énoncer des sentences de croix, de pèlerinage, d’emprisonnement pour plus d’un demi-millier de personnes. Parmi toutes les peines qu’il prononcera, et pour des fautes qui sont identiques aux autres peines, la plus terrible est celle de la remise à la cour séculière, où les relaps et les hauts gradés des sectes hérétiques vaudoises et cathares sont condamnés à la peine de feu, c’est-à-dire le bûcher. Que ce soit les cathares ou les Vaudois, peu subiront des peines de remises à la cour séculières, mais nombreux sont ceux qui sont condamnés aux ports des croix et au Mur, la prison.

Que ce soit au milieu du XIIIème siècle ou au début du XIVème, avec les Vaudois et les Cathares, les inquisiteurs se retrouvent devant deux hérésies qui sont difficiles à cerner. Le fait d’avoir des dissidents agissant dans le secret le plus total est un défi pour les inquisiteurs. C’est par des arrestations et des interrogatoires de croyants cathares ou vaudois que les inquisiteurs arrivent à lutter contre les hérésies. Luttant d’abord et avant tout contre l’hérésie cathare, les inquisiteurs de Toulouse  imputent aux hérétiques de nombreuses fautes, parfois banales parfois plus graves. Elles sont si diverses et variées qu’il est difficile d’en appréhender l’ampleur.

Mais pour les Vaudois et les Cathares, les fautes retenues par Bernard Gui et le tribunal de l’inquisition à l’aube du XIVe ne se différencient que sur la fréquence de celles-ci. Cependant, certaines fautes sont liées davantage aux Cathares qu’aux Vaudois et inversement. Pour les condamnés aux ports de croix ainsi que pour les condamnés au Mur, les Cathares sont davantage condamnés pour des fautes relevant du contact avec des hérétiques, alors que les Vaudois eux sont davantage condamnés pour des fautes relevant de la question doctrinale, principalement des fautes de confession ou d’interprétation. On constate une différence entre les Vaudois et les Cathares par le fait que les Vaudois semblent avoir déjà tous subi une peine d’emprisonnement au Mur, à l’inverse des Cathares. La peine capitale étant la remise à la cour séculière, cette sentence n’est que minoritaire chez Bernard Gui ou les autres inquisiteurs. Cathares et Vaudois reçoivent des peines semblables pour des fautes quasi similaires. Et que ce soit un inquisiteur du milieu du XIIIe s. ou un inquisiteur du début du XIVe s., comme Bernard Gui, la procédure, les fautes et les peines ne diffèrent qu’extrêmement peu. Seules les peines capitales varient d’un inquisiteur à l’autre

Yassine Filali et Thomas Pirotte

[1] Guidonis Bernardus, Manuel de l’inquisiteur, édité et traduit par G. Mollat ; avec la collaboration de G. Drioux, 44 éd., Paris, les Belles Lettres, 2007

 

Les méthodes d’écriture de Bernard Gui

Durant la fin du XIIIe siècle et le premier tiers du XIVe siècle, le célèbre inquisiteur Bernard Gui  a rédigé un nombre important de textes dans divers domaines. Ces domaines sont l’hagiographie avec différents textes portant sur les Gestes et Vies de Saints, l’histoire avec des chroniques sur la royauté française et la papauté et la rédaction de l’un des premiers manuels d’inquisiteurs : la Practica Inquisitionis1.

La rédaction de toutes ses œuvres passe par le rassemblement d’un corpus de sources important, qui ne cesse de s’agrandir au fur et à mesure de ses voyages, tandis qu’il réécrit ses œuvres à la découverte de nouvelles informations. Mais l’exploitation et le référencement de ses sources varient beaucoup suivant le type de texte qu’il produit : pour les textes hagiographiques, les sources sont toujours citées et bien exploitées, même si souvent manquent leur titre ou le nom de leur auteur alors que dans ses écrits historiques, les sources sont peu citées. Dans la rédaction de la Practica, nous n’avons pas de confirmation de l’identité de ses sources, mais nous savons après analyse qu’il s’est inspiré des manuels qui ont précédé le sien.

Bernard Gui va faire appel à deux processus : celui d’augmentation et celui d’abréviation2. Le premier consiste, avec diverses techniques, à allonger le texte de départ qu’utilise l’écrivain, c’est ce qui lui servira notamment pour réaliser son oeuvre hagiographique ; alors que le deuxième consiste à réduire la taille d’un texte de base sans pour autant lui retirer son contenu – une synthétisation, donc – qui lui servira pour rédiger ses œuvres historiques, notamment ses chroniques. Cela témoigne d’une érudition très forte de sa part, caractérisée notamment par une recherche de la vérité appuyée sur des sources3.

Sa méthode écrite « inquisitoriale » présente, elle, des différences importantes. Il utilise quelque peu les mêmes techniques de compilation pour la rédaction de son œuvre principale : la Practica Inquisitionis et sa méthode d’inquisiteur y transparait dedans – de même dans son Liber Sententiarum – mais, malgré tout, les méthodes de rédaction sont fortement orientées par sa volonté farouche de pourfendre les hérétiques du Languedoc. Quand bien même Annette Palès-Gobillard nuance la réputation du personnage en expliquant qu’il a envoyé peu de personnes au bûcher par rapport aux inquisiteurs des périodes précédentes, laissant donc penser qu’il s’avère être un inquisiteur plutôt doué de compassion4, l’aversion de Bernard Gui envers les cathares et autres hérétiques languedociens transparaît dans ses textes comme dans les sources qu’il utilise5.

Dumont Sébastien et Windels Thomas.

 

 
   

1 BERNARDUS GUIDONIS, DRIOUX Georges et MOLLAT Guillaume, Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2006, (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 44).

2 GUENEE Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, (Collection historique (Aubier)).

3 LAMARRIGUE Anne-Marie, Bernard Gui (1261-1331) : un historien et sa méthode, Paris, Champion, 2000, p. 178 (Études d’histoire médiévale, 5).

4 PALES-GOBILLIARD Annette, « Bernard Gui inquisiteur et auteur de la Practica », dans BIGET Jean-Louis (éd.), Inquisistion et société en pays d’oc (XIIIe et XIVe siècles), Toulouse, Privat, 2014 (Histoire religieuse languedoc, 2), p. 125-131.

5 BERNARD GUI, Manuel de l’inquisiteur, dans DRIOUX Georges et MOLLAT Guillaume (éd.), Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2006. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Age, 44), p. 87.

La représentation des Cathares dans la bande dessinée

Depuis les années 1980, les bandes dessinées représentant les cathares connaissent un succès. Parmi celles-ci, on retrouve « Le triangle secret », « Le jeune homme du suaire », « Je suis cathare », « Le dernier cathare », « Jordane, petite fille cathare de Fanjeaux », « Vasco. Le diable et le cathare », « Mémoire de cendres » ou encore « Cathare ». Malgré une thématique similaire, les représentations varient d’un ouvrage à l’autre. Comment représente-t-on les cathares, aujourd’hui, dans la bande dessinée ?

Les cathares sont tantôt représentés comme des martyrs, tantôt comme des guerriers violents. Cette diversité dans la mise en scène peut s’expliquer à la fois par le fait que les historiens ne partagent pas tous la même opinion à propos de l’histoire du catharisme, mais aussi par le fait que le public ciblé n’est pas toujours similaire. Effectivement, certaines œuvres sont destinées à des enfants tandis que d’autres à de jeunes adultes. Certains auteurs utilisent le Moyen Âge, et dans ce cas, le catharisme, afin de créer des scénarii captivants suscités par cette période présentée comme mystérieuse et sombre. L’historicité ne semble pas être leur préoccupation.

Néanmoins, nous pouvons dire que, dans la plupart des cas, les Cathares sont des personnes persécutées et pauvres, portant des habits modestes, à l’inverse des Chrétiens qui sont représentés comme étant riches. Les couleurs utilisées par les coloristes mettent en avant cette différence. Les Parfaits portent des manteaux noirs ou bruns, tandis que les chrétiens et les habitants des castra sont représentés avec des couleurs vives.

Concernant leur place dans la société, les Cathares sont victimes des oppressions de l’Église. La croisade des Albigeois et l’Inquisition sont développées dans l’ensemble des bandes dessinées sélectionnées. Les Cathares sont alors amenés à fuir et à se défendre. On observe dès lors l’importance des seigneurs locaux qui viennent en aide aux hérétiques en leur fournissant une défense. Le lieu de Montségur est présenté comme un lieu stratégique.

Quant à l’aspect religieux, il n’est pas au centre des scénarii. Le centre d’intérêt est, davantage, le conflit opposant les deux religions sans que le Catharisme soit explicitement expliqué à l’exception de l’œuvre scénarisée par Anne Brenon. Nous ne retrouvons la présence de rites, comme le consolamentum, que dans deux récits, dont celui de l’historienne A. Brenon. La représentation religieuse est donc peu présente contrairement à la représentation guerrière/victime.

A propos de l’aspect physique, les dessinateurs ont représenté leurs personnages sous des formes variées ayant, parfois, des cheveux longs, parfois des cheveux courts ou étant chauve, portant tantôt une barbe, tantôt le visage. Il ne semble pas qu’un type de représentation ressorte. De plus, dans cinq des bandes dessinées choisies pour ce travail, la place de la femme est secondaire. Les auteurs, excepté A. Brenon et Jarbinet, ont préféré mettre en scène des hommes.

En outre, nous avons pu constater que certains scénaristes ont tenté de respecter la vérité historique en s’inspirant de faits repris par certains scientifiques. Par exemple, cela s’observe dans « Jordane, petite fille cathare de Fanjeaux » où la scénariste, A. Brenon, a souhaité faire apparaître le fruit de ses recherches. Dans la majorité des cas travaillées, des similitudes ont pu être dressées et semblent être reprises de l’école traditionnelle (celle qui soutient l’existence d’un Catharisme organisé et structuré).

Maxime Dubois et Corentin Stassin

L’origine orientale du catharisme au XIIe et au XIIIe : une quête de légitimité ou une invention de l’Église ?

L’origine du mouvement cathare est un sujet qui a alimenté un nombre important de questionnements et de fantasmes au fil des siècles. Depuis ces dernières décennies, l’engouement autour de ce thème a permis des avancées notables dans une recherche aussi difficile que polémique. Dans le cadre de ce séminaire, nous avons pour objectif d’apporter un regard neuf afin de constituer notre propre jugement sur la question.

L’axe de recherche a été déterminé sur base du thème suivant : « L’origine orientale du catharisme à travers le XIIe et XIIIe siècle : le lien avec le bogomilisme est-il la réponse à un mouvement en quête de légitimité ou bien les autorités ecclésiastiques occidentales sont-elles à la base de cette corrélation ? »

Pour réaliser cette recherche, trois sources manuscrites datant du XIIe et XIIIe siècle ont été utilisées. La première est la lettre d’Evervin de Steinfeld. Il s’agit d’une correspondance privée entre le prévôt et Bernard de Clairvaux. Ensuite, nous avons analysé deux documents issus de la famille des sources lombardes : De heresi catharorum in Lombardia et Tractatus de hereticis seront analysés. Ces textes y développent une généalogie des Églises cathares d’Italie et une certaine filiation avec l’Orient.

Deux grandes parties ont été traitées dans cette recherche. Tout d’abord, la question de l’existence même du bogomilisme sera présentée sur base des sources contemporaines à la propagation de l’hérésie. Ensuite, les différents témoignages du XIIe et du XIIIe siècle qui reprennent un lien entre les hérésies occidentales et orientales ont été exposés de manière sommaire. Dans un second temps, les documents susnommés ont été soumis à une critique interne et externe avec, premièrement, la question d’un lien entre l’Occident et l’Orient qui sera avancée grâce à une comparaison des sources entre elles. Ensuite, les points de vue des auteurs à propos des dissidents et les raisons pour lesquelles ils les remettent par écrit vont être analysés.

Ces trois écrits laissent présager, à la première lecture, une arrivée en Occident des dissidents par le biais de voyages, voire de missions d’évangélisation hérétiques depuis l’Orient. L’idée d’un lien entre les bogomiles et les cathares semble exister. Cependant, il est nécessaire de dépasser cette représentation qui a été fort sollicitée durant la seconde moitié du XXe.s.

Au regard de la lettre du prévôt de Steinfeld, ce lien n’est pas aussi évident à déceler. Premièrement, le catharisme n’est pas un terme qui existait au moment d’Evervin de Steinfeld. Même si ces hérétiques ont des caractéristiques proches de celles des cathares désignés par Eckbert de Schönau, il est délicat de les associer à ce courant dissident. Le texte en lui-même n’indique pas clairement une ascendance bogomile, mais plus largement une origine orientale. Il nous est apparu qu’il s’agirait plus d’une tentative de légitimation de leur mouvement plutôt que d’une réelle filiation avec l’Orient. Comme s’ils essayaient de se montrer plus dignes que l’Église officielle. Ils font remonter leur histoire aux contrées orientales, proches de celles du Christ et à une époque assez lointaine, en particulier au début de la religion chrétienne et au temps des martyrs.

La vision que porte Evervin sur ceux-ci montre qu’ils sont très mal considérés par l’Église de Rome, comme des personnes ayant suivi le mauvais chemin les menant à Satan et à l’Enfer. Essayant de les comprendre un peu face à ce choix de vie, Evervin n’éprouve pas pour autant de bienveillance à leur égard. Il n’existe pour lui qu’une religion digne, c’est celle de Rome. Tout être qui déroge à cela n’est qu’un sous-homme condamné qui contamine tout le monde, du simple paysan aux membres du clergé. Et il faut agir face à ce fléau, comme si cela était une maladie à éradiquer. Cet avis a l’air d’être suivi par l’inquisiteur Anselme d’Alexandrie. En effet, à travers son texte et l’utilisation de certains termes, il met l’accent sur le caractère corrompu de la dissidence lombarde, sans pour autant la juger ouvertement. Le but de la correspondance entretenue entre les deux hommes est très clair. C’est de demander de l’aide à l’abbé afin de combattre ces nouvelles communautés d’hérétiques. Il ne cherche, par contre, pas à créer ou à apercevoir un quelconque lien entre les hérésies d’Orient et celles qui sont près de chez lui, n’ayant fait que relayer le message promulgué par ces déviants avant leur mort.

En revanche, pour les sources lombardes, les intentions sont plus difficiles à déceler. Nous ne pouvons formuler que des hypothèses à ce sujet. Ces deux documents suivent la même trame générale sans pour autant être identiques, comme si l’histoire avait évolué au fil du temps. Il se pourrait que nous analysions un conte qui a été transmis par tradition orale avant d’être remis par écrit au début du XIIIe siècle. De heresi catharorum, a peut-être, plus tard, inspiré Anselme d’Alexandrie pour formuler sa narration. Il y a donc des différences voir des contradictions à relever entre les deux sources. L’objectif des auteurs peut être multiple. Dans un contexte de tensions lié à la prise de Constantinople par les croisés, les auteurs auraient pu diffamer les orientaux en les accusant d’être à l’origine des déviances au sein de l’Église de Rome. Ils pourraient aussi délégitimer les cathares en mettant en avant leur incapacité à s’entendre entre différents groupes ; mais aussi en appuyant sur les comportements jugés douteux de leurs évêques. Enfin, il existe une théorie selon laquelle les représentants de l’Église de Rome – incapable de cerner les hérésies qui les entourent – leur inventent une genèse et des jalons auxquels ils peuvent se raccrocher et les définir.

Pour terminer, l’origine orientale des cathares ou plus largement des hérésies occidentales, ressort bien dans les sources vues ci-dessus, sans pour autant que cela puisse être considéré comme vraisemblable. Certes, des ressemblances entre les hérétiques bulgares et de Cologne peuvent être décelées, mais, plus vraisemblablement, les hérétiques vont suivre toujours plus ou moins les mêmes rites afin de se détacher de l’Église de Rome et afin de retourner à un idéal remontant au début de la Chrétienté. Nous pouvons supputer que des contacts, via le commerce ou la guerre, ont pu être établis entre les différents groupes. Cela aurait pu influer la doctrine dans une certaine mesure sans toutefois avoir une influence prédominante. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous serions tentés d’affirmer que l’origine bogomile de l’hérésie cathare n’a pas réellement existé. Toutefois, nous devons rester modeste par rapport à cette affirmation, dès lors que les spécialistes dans le domaine ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord.

Marie Decerf & Barthélémy Dufrasne

Etude des sentences inquisitoriales dans le Languedoc des XIIIe et XIVe siècles: l’utilisation des manuels et des registres de sentences – Les cas de Bernard de Caux, Bernard Gui, Geoffroy d’Ablis et Jacques Fournier

Au sein de notre travail de séminaire, nous avons abordé la thématique du manuel des inquisiteurs et de leur utilisation à travers l’étude des livres de sentences dans le cadre du processus inquisitorial dans la région du Languedoc entre les XIIIe et XIVe siècles. Nous avons dès lors posé une problématique, fil rouge de notre travail : En quoi l’étude des livres de sentences, au regard de l’utilisation des manuels d’inquisition, nous permet-elle d’observer les marges de manœuvre et les mentalités des juges ecclésiastiques dans la région du Languedoc aux XIIIe et XIVe siècles ?

Le XIVe siècle correspond à la fin du mouvement cathare, par le biais d’une répression mise en place par le siège pontifical dès la fin du XIIe siècle et codifiée tout au long du XIIIe siècle. Ainsi, l’apparition de manuels « d’utilisation » pour les inquisiteurs dans le cadre de cette politique de chasse à l’hérétique permet d’en apprendre long sur le fonctionnement des tribunaux inquisitoriaux dans le courant des XIIIe et XIVe siècles. Rempli de préjugés sur son rôle et son action – notamment leur rapport à la torture –, le phénomène inquisitorial se doit d’être étudié plus profondément afin d’en dégager les racines et les subtilités.

 Dès lors, nous avons tenté, dans les limites de ce séminaire, d’observer la manifestation des mentalités et la marge de manœuvre des inquisiteurs entre autres à travers les registres de sentences de Jacques Fournier, Geoffroy d’Ablis et Bernard Gui en parallèle avec les manuels d’inquisiteurs de ce dernier et de Bernard de Caux et Jean de Saint Pierre. Comprenons avant tout qu’il est impossible d’étudier le caractère des inquisiteurs en tant qu’individu et qu’il est donc inévitable de les analyser à travers leur fonction ecclésiastique et les sources qu’ils ont laissées à la postérité (sources qui sont d’ailleurs très inégales).

Dans l’ensemble, les inquisiteurs cherchent à (re)convertir les accusés qui paraissent face à eux. Ceux-ci sont évidemment punis et doivent faire pénitence, mais celle-ci se limite principalement à un pèlerinage ou un port de la croix. Dans les cas extrêmes, on retrouve toutefois des mises au Mur (en prison) ou même un cas de bannissement du Royaume de France. Ceci tronque cette vision erronée de l’inquisition languedocienne des XIIIe et XIVe siècles. Les tribunaux sont ainsi davantage pénitentiels que réellement répressifs.

Quant à la marge de manœuvre, elle ne diffère pas énormément en fonction des inquisiteurs. Les livres de sentences parlent d’eux-mêmes et sont de fait très semblables quant à la forme et le fond. Ils utilisent les mêmes manuels et la construction d’une certaine jurisprudence ecclésiastique, ne dépassant donc pas le cadre qui leur a été imposé. Bernard Gui et Geoffroy d’Ablis ont travaillé ensemble et ont donc une méthode très similaire. Ils ont contribué à deux à l’arrestation d’un très grand nombre d’hérétiques. Jacques Fournier tente une approche rhétorique et argumentative, écoutant le plaidoyer de chaque prévenu avant de tenter de le convaincre de revenir à la confession catholique par pénitence légère. La notion du pouvoir inquisitorial reste très floue, notamment à cause de la rupture causée par la bulle pontificale de Clément V, réformant complètement la marge de manœuvre des inquisiteurs. Malgré cela, ceux-ci ne cherchent au final pas spécialement à innover dans leur méthode, adoptant parfois un comportement « humain » qui demeure toutefois cadenassé par leur règlement et leur devoir en tant qu’officier de l’Église de Rome.

Eva Depienne & Vincent Mazy

Les châteaux cathares : démystification de leurs rôles lors de la croisade albigeoise

Dans un contexte d’émulation scientifique à propos des cathares et de leur existence, nous avons décidé de nous intéresser au rôle géopolitique et idéologique des châteaux cathares durant la croisade albigeoise. Grâce aux trois sources étudiées, La chanson de la Croisade Albigeoise de Guillaume de Tudèle, La chronique de Guillaume de Puylaurens et l’Histoire albigeoise de Pierre des Vaux de Cernay, nous avons pu nous pencher sur la façon dont les catholiques et les cathares, ou tout du moins les seigneurs occitans, ont perçu les castra, citadelles et fortiae, au sein des évènements de la croisade.

Les châteaux cathares ont eu un impact géopolitique sur le territoire du Languedoc. À la fois au niveau de l’organisation du territoire notamment grâce à la hiérarchisation des châteaux et à la fois dans les prises de décisions diplomatiques qui émanaient de ces forteresses. Ces châteaux ont également été le lieu de tractations militaires. Les lieux servaient de rencontre diplomatique entre seigneurs, de lieu d’emprisonnement après un siège, mais également de  lieu de soumission d’un seigneur cathare et de propagande de la peur durant la prise d’une de ces forteresses.

Concernant leurs rôles idéologiques, les châteaux cathares ont constitué indéniablement la cible de la « rechristianisation » mise en place par la papauté et le pouvoir militaire de Simon de Montfort. Que ce soit par la prédication de moines ou des purges d’hérétiques, le pouvoir catholique a perçu les châteaux comme le siège de l’hérésie cathare. Bien que certains châteaux vassaux ont effectivement servi de refuge aux hérétiques, les forteresses n’étaient pas forcement des repères de dissidents religieux. En parallèle, selon les sources, les châteaux étaient le siège de miracles. Il se trouve cependant que ces récits miraculeux étaient plus des outils de propagande littéraire que de réels récits historiques. Néanmoins, ces récits miraculeux développent la vision fantastique des châteaux. On peut donc dire que les châteaux cathares peuvent être vus comme de réels outils militaires, diplomatiques et religieux.

Marie Landrieux & Illana Levy

La Charte de Niquinta et l’Assemblée de Saint-Félix (1167) : Historiographie et enjeux d’une source controversée (1930-2019)

La Charte de Niquinta, source controversée de l’histoire du catharisme relate la tenue d’un concile cathare dans le château de Saint-Félix en Lauragais en 1167 lors duquel serait intervenu un dignitaire originaire des Balkans, papa Niquinta pour résoudre un conflit territorial entre les Églises de Toulouse et de Carcassonne. L’authenticité de ce document pose question dès l’Époque moderne et fait l’objet d’un débat construit à partir des années 30, quand l’argumentaire autour de cette source ne cesse d’évoluer.

Le moment fort du débat est l’année 1999, date pivot caractérisée par un avant et un après : une période antérieure durant laquelle les chercheurs pour la plupart impliqués dans le monde catholique mettent sur pied un argumentaire solide appuyé par la découverte de nouvelles sources et dont les arguments seront repris par les successeurs. Au cours de l’année 1999 elle-même,un colloque est organisé rassemblant les spécialistes de la question, qui, ne parvenant pas à trancher sur la question de l’authenticité décident de faire analyser la source par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes. Cette année se caractérise par une période de pessimisme quant à l’authenticité de la source. Une période postérieure s’ouvre, lors de laquelle des chercheurs de divers horizons refont une synthèse critique du débat et ouvrent à une nouvelle dynamique de confiance en l’authenticité de la charte. Au terme de l’analyse du débat, il ressort que cette source ne s’apparente pas à une charte, mais plutôt à une notice ou à un procès-verbal. Il y a peu de probabilité pour que la charte soit un faux catholique, car le style tempéré du texte détonne avec la virulence employée par les auteurs catholiques dans les sources de la même époque. L’hypothèse du faux moderne est quant à elle entièrement rejetée par la communauté scientifique après analyse minutieuse. Il reste donc l’hypothèse du vrai cathare, position d’ailleurs préférée et justifiée par une courte réflexion hypothétique dans cette contribution : la charte de Niquinta serait restée dans le milieu cathare jusqu’au XIIIe siècle, période à laquelle Pierre Isarn découvre la source, la trouve très utile dans un siècle de difficultés pour l’hérésie cathare (croisade albigeoise, etc.) et la fait recopier. Malgré tout, le débat n’est pas clos : le thème semble cependant saturé, épuisé et ne pourrait être renouvelé que par la découverte de nouvelles sources qui pourraient alors peut-être nous faire basculer dans une nouvelle ère de l’historiographie de la Charte de Niquinta.

Dans tous les cas, l’authenticité de ce document fait l’objet d’un grand intérêt qui se traduit dans les enjeux qu’elle représente dans nos connaissances de l’hérésie médiévale : « cette source pourrait représenter la trace la plus ancienne de la tenue d’une assemblée hérétique autonome dans le Midi de la France, témoignant de l’organisation précoce déjà atteinte par les cathares dans le début du XIIe siècle et prouvant que le « péril hérétique » n’est pas un fantasme des clercs, mais une réalité. »

Clara Folie & Lison Vercammen

Les Cathares ont-ils existé ?

Les Cathares, ce groupe d’hérétiques au destin dramatique, poursuivis par l’inquisition et l’autorité royale, ont-ils existé ? La question est devenue brûlante au sein de la communauté scientifique.

Montségur

La critique des sources et des travaux sur les Cathares a constitué le coeur du séminaire de 3eme année de bachelier (L3) à l’Université Catholique de Louvain, à Louvain-la-Neuve, cette année 2018-2019.

La problématique du séminaire: deux écoles historiques s’opposent depuis plus de vingt ans autour de l’existence d’une église cathare, de communautés cathares organisées un peu partout en Europe et notamment dans le Sud-Ouest de la France, du 12e au 14e s. C’est jusqu’à la dénomination de « cathare » qui est mise en question. Une école, traditionnelle, maintient qu’une hérésie cathare structurée a bien existé ; l’autre, plus récente, s’oppose à cette vision qu’elle considère comme une erreur d’interprétation des sources.

Ce séminaire a voulu étudier ces deux positions et a tenté de définir ces deux écoles. Les étudiantes et étudiants ont pris connaissance des différents travaux et des sources puis les ont critiqués. Ils ont rédigé par groupe de deux un travail de séminaire consacré à une « source cathare », à un thème d’histoire cathare (rituels cathares, communautés cathares, hiérarchie cathare, inquisition…), à des sources contemporaines (romans, bd, films, jeux vidéos) relatifs aux Cathares. Ce sont les résumés de ces travaux étudiants, les « bonnes feuilles », que nous vous proposons ici-même, au rythme d’une publication tous les trois jours. Chaque petit article est signé par ses auteurs. Il témoigne de la qualité de la recherche d’étudiantes et d’étudiants qui ont fait montre de leurs compétences et de leur passion.

Prendre le pouvoir par l’écrit (II) La montée en puissance du pouvoir communal : autour de Nivelles, fin 13e-15e s. —— Séminaire Master Histoire médiévale LHIST 2260 – 2017-2018

Il faut sans cesse revenir à une histoire « d’en bas » pour éviter de surévaluer les pouvoirs princiers, surtout en une fin de Moyen Âge où la notion d’État semble s’installer et où émergent les écrasants pouvoirs royaux européens. Or, loin d’un pouvoir ecclésiastique tout puissant, loin d’un pouvoir royal ou impérial omniprésent, les communautés locales s’érigent en institution. L’an passé, le séminaire s’est intéressé aux « cours de tenants ». Cette année, ce sont les cours échevinales autour de Nivelles qui vont retenir toute notre attention.

Pourquoi Nivelles ? On a conservé presque 60 000 chirographes (des actes en « vernaculaire », non scellés mais émis en deux exemplaires au moins et dotés d’une légende, « chirographum ») émis par l’échevinage de cette petite bourgade, principalement pour le Moyen Âge. Ce faisant, Nivelles se place au niveau des grandes villes de la Flandre française ou flamingante, comme Douai, Ypres, Tournai… Elle développe dans le duché de Brabant, de manière massive, une production documentaire étonnante : signe d’un pouvoir bien implanté localement et reconnu par toute la région. Un projet de recherches financé par le FNRS, appelé ChiroN (Chirographes Nivellois), mené par Mathilde Rivière et Emilie Mineo (qui assisteront au séminaire), vise à comprendre ce qui s’est passé à Nivelles.

Mais Nivelles est-elle la seule commune à avoir développé ce pouvoir par l’écrit ? D’autres villages des alentours n’auraient-ils pas produit eux aussi des chirographes (sans qu’ils soient aussi bien conservés, certes) ? L’administration de Nivelles les a-t-elle influencés ou bien des villages plus éloignés auraient-ils servi de courroie de transmission entre la Flandre et la cité nivelloise ? Peut-être Nivelles est-elle un cas unique dans la région et peut-être les communes des environs n’ont-elles jamais utilisé le chirographe ? Personne n’a jamais étudié ce dossier ni ne s’est penché sur ces questions. C’est l’objet de ce séminaire. Chaque étudiant sera chargé d’un dossier de documents originaux, de son choix, lié à une ou plusieurs communautés. Il tentera d’en définir les spécificités techniques et matérielles, cernant le contenu, identifiant les hommes et les femmes protagonistes dans ces chartes, en rapport avec le dossier nivellois, en dialogue avec les enseignants, professeur et assistante, mais aussi avec les chercheuses du projet. Les textes sont en vernaculaire, le latin n’est pas nécessaire et aucune compétence paléographique poussée n’est requise. Les bons travaux pourraient faire l’objet de publications scientifiques.

Paul Bertrand, professeur

Marie Van Eeckenrode, assistante

Mathilde Rivière, doctorante

Emilie Mineo, postdoctorante

Séance de présentation : 19 septembre, local C 228, 10h45

Appel à Contributions – Call for Papers – IMC 2018 – « Communautés Graphiques – Graphic communities »

Appel à contributions
Call for papers
International Medieval Congress
Leeds – 2-5 July 2018

Brian Stock proposait le modèle de la « communauté textuelle » pour définir les rapports entre un groupe aux pulsions identitaires fortes et un écrit structurant. Cet écrit ou ces écrits ne construisent pas directement le cadre qui organise ou détermine le groupe social, mais bien la perception que le groupe en a, directement ou par l’intermédiaire des autorités qui s’appuient sur lui.
D’autres modèles d’appropriation de l’écrit, plus larges que le simple « texte à message », peuvent être mobilisés, pour la plupart des groupes. Ils sont plus larges et moins évidents à interpréter, moins directement signifiants. Ils consistent en toute la palette des moyens graphiques dont peut user un groupe à la fois pour s’administrer, se gérer mais aussi communiquer, poser un discours, construire des actions et des interactions avec « l’extérieur », sur un plan très pragmatique. J’étendrai donc le concept de Brian Stock et parlerai de « communauté graphique », dans la ligne de la « culture graphique » définie par Roger Chartier . Une communauté graphique se reconnaît aux outils d’écriture et aux attributs graphiques qu’elle maîtrise et développe : ils lui sont souvent spécifiques, plus ou moins fortement. Ainsi la communauté graphique du monde paroissial, déterminée par les statuts synodaux et toute la déclinaison d’écrits qui en résulte ; ou encore la communauté urbaine liée aux règlements urbains et à la panoplie d’écrits qu’elle génère, jusqu’aux actes d’échevinage bien spécifiques, comme les chirographes. Cette communauté graphique peut se visualiser par des points forts qui la distinguent : Hugues de Saint-Cher fait rédiger ses chartes de légats par des religieux mendiants ou en imitant les modèles diplomatiques des ordres mendiants ; les échevinages du Nord (d’Ypres, de Douai, de Tournai) ou du Brabant (Nivelles) usent du chirographe ; les offices d’écriture du comte d’Artois (et de Thierry d’Hireçon) préfèrent utiliser les rouleaux que les codices pour leur comptabilité – comme ceux du comte de Hainaut, d’ailleurs. Ces pratiques de l’écrit sont aussi fortement oralisées, même si l’oral semble de plus en plus soumis à l’écrit, du moins autour des sources conservées. Cette communauté graphique s’ouvre largement à toutes les formes et pratiques de connaissances de l’écrit et de l’écriture.
Au sein de ces communautés plus ou moins amples, plus ou moins structurées et plus ou moins connotées identitairement, travaillent les uns avec les autres un nombre plus ou moins important d’individualités, des scribes, des rédacteurs, des techniciens, des spécialistes des techniques comptables, gestionnaire, du droit ou de l’ars dictaminis… Chacun a sa propre identité graphique (écriture, styles, formules, types documentaires…), mais celle-ci prend en compte les exigences de l’identité collective.

Ces sessions que nous voudrions consacrer aux « communautés graphiques » sont ouvertes à des communications de tous horizons, liées au monde occidental, mais pas seulement, concernant le bas ou le haut Moyen Âge, les documents ecclésiastiques comme laïques.

Tout chercheur désireux de proposer une communication peut nous écrire, en accompagnant son projet de communication d’un petit curriculum vitae abrégé, ceci avant le 25 septembre 2017.

Contact: Paul Bertrand – paul dot bertrand at uclouvain dot be – @medieviz

Brian Stock proposed the theoretical concept « textual communities », as an attempt to define the connections between a group with a strongly motivated identity and the writings that structured it. Such writings did not directly construct the framework organising and determining the social group, but they did affect the group’s perception of it either directly or through the authorities that depended on it.
Whilst adhering broadly to this model, we might wish to propose another, which might better capture the complexity of medieval society. Other models of the appropriation of writing, which take account of more than the plain textual message, can be suggested for the majority of groups. Such models are broader and less easy to interpret, being less direct in what they signify. They consist in a whole range of graphic means that can be harnessed by a group not only to administer or manage itself but also communicate, establish discourse, and create actions and interactions with “the outside” on a pragmatic basis. Brian Stock’s “textual community” can be extended to embrace the concept of a “graphic community” with the sort of “graphic culture” that has been defined by Roger Chartier. A graphic community has its own writing attributes and tools that it masters and develops; they are frequently specific to it, and more or less narrowly so. The graphic community of the parish was determined by the synodal statutes and the documentation that flowed from them; the urban graphic community was linked to the municipal regulations and the panoply of writings they generated down to and including highly specific eschevinal acts like chirographs. The graphic community would be distinguishable through its salient features. Hugh of Saint-Cher, for example, had his legate charters written by mendicant brothers or in imitation of the legal models of the mendicant orders; northern eschevins (in Ypres, Douai, and Tournai) or in the Brabant (Nivelles) used chirographs; the writing studios of the count of Artois (and of Thierry d’Hireçon) used rolls rather than codices for their accounting records—just like those of Hainaut, incidentally. Such writing practices also had a highly oralised dimension, even if the oral seems to have been increasingly subjected to the written, as indicated at least by the surviving sources. Graphic communities were able to avail themselves of all the forms and practices, where known, of writing and the written record. Inside these more or less broad, more or less structured communities, with their varying degrees of self-identifying features, a greater or lesser number of persons worked together, each with their own individuality—scribes, drafters, technicians, specialists in accounting techniques, in management, law, and the ars dictaminis (style, the “art of writing”). They each had their own graphic identity (handwriting, styles, formulae, documentary types, and so on), but it every case it had to take into account the exigencies of their community’s collective identity.

This session want to propose papers around that topic, related to early, high as late Middle Ages (and not only western areas), to lay as to religious documents, in order to improve this concept and to define and contextualize it more precisely.

If you want to participate to this session, we propose you to send us a summary of your proposal and a short curriculum vitae, before September 25th.

Contact: Paul Bertrand – paul dot bertrand at uclouvain dot be – @medieviz

 

 

Séminaire 2017-2018 bachelier 3e année « L’attentat de Bruges. 2 mars 1127: l’assassinat du comte de Flandre »

Ce jour-là, Charles le bon, comte de Flandre, est massacré avec ses proches par un commando alors qu’il est en prières dans une église de Bruges. Ce crime, commandité par des proches du comte, est vécu avec sidération et terreur par la population du comté. Il signe le commencement d’une véritable guerre privée d’une violence impressionnante, aux accents de vendetta. C’est le roi de France, Louis VI, qui y mettra fin.

Cet épisode, qui a stupéfié l’Occident médiéval, a été décrit avec précision par des contemporains comme Galbert de Bruges, qui nous en a livré un récit détaillé. Il nous donne l’occasion de comprendre le phénomène de la guerre privée, la violence féodale, la chevalerie, l’importance de la religion, l’implication du roi de France en Flandre, la naissance d’une remuante bourgeoisie, mais aussi l’impact de ce qui a été vécu comme un véritable attentat au pouvoir légitime et à la religion –Charles le Bon sera vénéré localement comme un martyr. La mémoire de cet assassinat a frappé l’imaginaire flamand au même titre que la bataille des éperons d’or, jusqu’à nos jours.

Ce sont ces événements et leurs particularités, mais aussi leur souvenir, leur mémoire médiévale et contemporaine que ce séminaire se propose d’étudier à nouveaux frais, sur base de sources écrites traduites, mais aussi de documents et de données historiques jusqu’ici méconnus.

Séminaire Histoire médiévale

Bac bloc 3 – LHIST 1392

Professeur :  paul.bertrand@uclouvain.be – Assistant  : eric.delaisse@uclouvain.beSéances de présentation 18 sept. 2017 à 14h, au local ERAS 55 et séance obligatoire le 22 sept. 2017 à 13h, au local ERAS 54.

ChiroN – Chirographes Nivellois. Gouverner une ville par l’écrit. Appel à candidature: bourse de recherche doctorale (4 ans)

Le FNRS, l’Université Catholique de Louvain, l’Université de Namur et les Archives de l’Etat en Belgique proposent

Une bourse de recherche (4 ans) pour un chercheur doctorant

Projet ChiroN – Chirographes Nivellois. Gouverner une ville par l’écrit  (PDR FNRS-FRS T.0069.16)

Pour le Moyen Âge, les communes italiennes ou les villes méridionales du royaume de France ont fait l’objet de nombreuses études, notamment au travers de leur production écrite. S’agissant du nord de la France ou de la Belgique actuelle, des études de ce genre manquent, mis à part la belle thèse de Thomas Brunner sur Douai, s’arrêtant cependant au début du XIVe s. Le projet ChiroN entend répondre à cette lacune. Il s’appuie sur un corpus de plus de 40 000 chartes de type « chirographe », du XIIIe au XVIIe s.

Ce projet s’articule autour de trois axes, dont le principal devrait consister en la préparation et la soutenance d’une thèse de doctorat (4 ans, de 2016 à 2020) par un chercheur doctorant autour des pratiques de l’écrit et de la juridiction gracieuse urbains, centrée sur l’analyse de la production de chirographes à Nivelles entre le XIIIe et le XVIe s., en relation avec l’autorité juridique et politique d’une ville du duché de Brabant. Ces travaux ressortissent à une problématique scientifique en plein essor: l’étude des pratiques de l’écrit comme miroir d’un développement culturel, politique, économique et social au Moyen Âge.  Outre la preparation de sa thèse, en relation étroite avec les Archives de l’État à Louvain-la-Neuve, le doctorant participera, aux côtés d’un postdoctorant recruté en 2017, à la préparation d’un outil d’analyse historique et de répertoriage autour des pièces du XIIIe et du début du XIVe s. ainsi qu’à la préparation d’une exposition sur le site des Archives de l’État et la mise en ligne d’une exposition virtuelle à vocation scientifique, pédagogique et mémorielle (sous la dir. de C. Henin, AÉ Louvain-la-Neuve, ESF).

Contrat doctoral

Qualifications demandées

  • Maîtrise en Histoire ou assimilée (obtenue au plus tard en septembre 2016).
  • Expérience des sources latines médiévales.
  • Expérience des documents d’archives médiévaux (diplomatique, paléographie et éventuellement codicologie).

Offre d’emploi

  • Contrat de deux ans renouvelable une fois, sous forme de bourse doctorale du FNRS/FRS, attaché à l’Université catholique de Louvain, sous la direction de Paul Bertrand, professeur à l’Université catholique de Louvain. Le doctorant s’engage à réaliser une thèse doctorale suivant les orientations décrites, en quatre ans.
  • Insertion dans un cadre scientifique large –l’équipe « cultures graphiques médiévales » de l’UCL associée au centre de recherches PraME de l’université de Namur et à la section de diplomatique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (UPR 841 du CNRS).
  • Début du projet : 1er octobre 2016

Candidatures

 Tout candidat doit envoyer une lettre de candidature motivée de manière circonstanciée, un cv complet, une liste des éventuelles publications et un projet de thèse (avec problématique, proposition de plan et calendrier), ainsi que tout autre document pouvant appuyer la candidature, avant le 15 juillet 2016 (date modifiée) à Paul Bertrand (paul [point] bertrand [arobase] uclouvain [point] be). Tout renseignement complémentaire peut être demandé de la même façon à cette adresse.

Offre de contrat post-doctoral: Réformes, production et usages du livre dans les monastères bénédictins (Pays-Bas méridionaux, XIVe-XVe siècles)

Le FNRS, l’Université de Namur et l’Université Catholique de Louvain proposent

Un contrat de recherche à durée déterminée (2 ans) pour un chercheur post-doctorant

Description du projet : Réformes, production et usages du livre dans les monastères bénédictins (Pays-Bas méridionaux, XIVe-XVe siècles) (PDR FNRS-FRS 14740522).

Le projet de recherche concerne les abbayes bénédictines implantées dans les Pays-Bas méridionaux. Il vise à mettre en lumière le rôle joué par ces institutions dans la production manuscrite de la fin du Moyen Âge ainsi que, plus largement, les fonctions et les usages des livres au sein de ces communautés. Négligés jusqu’à présent par les médiévistes en raison du déclin supposé qui les frapperait à partir du XIIIe siècle, ces monastères ont pourtant connu un renouveau sous l’impulsion d’une série de mouvements de réforme, et ce dynamisme s’est notamment traduit dans le champ des pratiques de l’écrit, comme il ressort nettement de sondages réalisés dans les fonds manuscrits des bibliothèques de Belgique et de France du Nord. Au cours de son projet, le futur postdoctorant devrait s’appliquer notamment à:

– reconstituer la production manuscrite bénédictine tardive, en déterminant son ampleur, son fonctionnement, sa typologie et ses caractéristiques ;

– identifier les lignes de force des bibliothèques monastiques et caractériser les manières de lire ainsi que les fonctions et les usages du livre (et, plus largement, de l’écrit) promus par ces communautés ;

– mettre en évidence, via le livre, la nature et les enjeux des réseaux de relations dans lesquels s’inséraient ces monastères bénédictins.

Qualifications demandées

  • Doctorat en Histoire ou assimilé
  • Expérience des sources latines médiévales
  • Expérience des manuscrits médiévaux
  • Expertise en codicologie, paléographie et/ou d’autres sciences auxiliaires.

Offre d’emploi

  • Contrat à durée limitée de deux ans, du FNRS/FRS, attaché à l’Université de Na mur, sous la direction de Xavier Hermand, professeur à l’Université de Namur, et de Paul Bertrand, professeur à l’Université catholique de Louvain.
  • Entrée en fonction : 1er octobre 2015

Candidatures

 Tout candidat doit envoyer une lettre de candidature motivée, un c-v complet, une liste des  éventuelles publications, le rapport de soutenance de thèse ainsi qu’un projet de post-doctorat circonstancié et/ou tout autre document pouvant appuyer la candidature, avant le 15 août 2015, à Xavier Hermand (xavier[point]hermand[arobase]unamur[point]be) et Paul Bertrand (paul[point]bertrand[arobase]uclouvain[point]be). Tout renseignement complémentaire peut être demandé de la même façon à ces adresses.

La création de la légende noire des Templiers

Quelques semaines après la fin des travaux du séminaire, il est temps de livrer au public les résultats des travaux des étudiants en Histoire, en Bac3/L3. C’est ainsi que, tous les trois jours, sera publiée une note tirée du travail de chacun, autour d’un thème plus ou moins encore peu abordé, relatif aux Templiers. Il s’agira moins d’établir leur histoire que de comprendre la construction de leur légende par les hommes et les femmes du Moyen Âge.

Par rapport au travaux du séminaire de l’année précédente, consacrés à l’hérésie, les différences sont marquantes. Les travaux sur la légende des Templiers sont plus divers, les thématiques étudiées très différentes les unes des autres. Les sources étaient bien disparates et, pour les étudiants non latinistes, difficiles à utiliser car souvent mal traduites en français.

Mais chacune des notes suivantes compte. Chacune apporte son éclairage propre, son interprétation des faits, son lot de petites découvertes. Le lecteur curieux y trouvera de quoi nourrir sa curiosité et le chercheur aguerri des idées pour lui permettre d’aller plus loin.

Le procès des Templiers. La création d’une légende noire

 

Rouen_BMun1440_Medium9772

 LHIST1392 – Séminaire d’histoire du Moyen âge –  Bac3

Professeur: Paul Bertrand – paul [point] bertrand [arobase] uclouvain [point] be

Assistante: Marie Van Eeckenrode – marie [point] vaneeckenrode [arobase] uclouvain [point] be

À côté des légendes dorées qui présentent en les enjolivant les grands personnages ou les grands événements, bien des légendes noires sont nées au cours de l’Histoire: le plus souvent, des hommes relégués soudain, à tort ou à raison, au rang de monstres, à la réputation désormais ruinée, au destin brisé.

Vendredi 13 octobre 1307. Par une opération coup-de-poing sans précédent, en quelques heures, les agents du roi Philippe le Bel procèdent à l’arrestation de tous les membres d’un ordre religieux qui constitue un pilier chrétien dans le royaume de France, les Templiers. Les chefs d’accusation sont terribles: idolâtrie, sacrilège, sodomie… C’est le début d’une rapide descente aux enfers de cet ordre jusque-là tout puissant et sans tache. La destruction organisée de leur réputation a frappé de stupeur l’Occident médiéval, jusqu’à nos jours. C’est cette légende noire que le séminaire Bac3 en Histoire médiévale compte étudier cette année. Sa constitution d’abord, avec le procès, mais aussi l’entretien de cette légende et son destin complexe, sa constitution en mythe, du XIVe s. à notre époque.

Les sources accessibles: en latin (traduites en partie) et en ancien français. La connaissance du latin n’est pas nécessaire. Chacun des participants au séminaire sera encouragé à publier en ligne une partie de son séminaire sur le carnet web « Neo ».

Ce séminaire « légende noire » se tiendra en parallèle au séminaire « légendes dorées » bac3 Temps Modernes. Une ou plusieurs séances communes permettront de confronter les ressorts historiques mais aussi anthropologiques, sociologiques, psychologiques de la constitution, de l’entretien, de l’oubli éventuel de ces légendes « en positif » comme « en négatif ».

La première séance aura lieu le 17 septembre, à 14h, au local SOCR 41.