Les différentes catégories de juifs selon les inquisiteurs du Languedoc au XIVème siècle

A la lecture de quelques sermons prononcés par les inquisiteurs du Languedoc au XIVème siècle, il apparait que ceux-ci divisaient la population juive en trois grandes catégories.

La première, les juifs « simples », sont les bons voisins, les personnes comme tout le monde. On ne leur fait rien à condition qu’ils ne fassent rien non plus. Ils avaient comme privilège de conserver leur religion et ce, partout en Europe. Ils ne peuvent rien posséder et se sont donc spécialisés dans le commerce et la finance, ce qui entraine qu’ils ne sont pas aimés mais peuvent néanmoins célébrer leur culte. Les juifs considérés comme « simples » ne sont pas sous le coup de l’inquisition. Ils sont donc « libres ».

La deuxième catégorie regroupe les juifs « relaps ». Ceux-ci s’étaient convertis au catholicisme puis, par la suite, étaient revenus au judaïsme. Ce qui les fera considérer comme hérétiques aux yeux de Bernard Gui. Lors de leur retour, selon les inquisiteurs toujours, ces convertis doivent subir une sorte d’initiation pour pouvoir à nouveau être juifs. Ils doivent, dans un premier temps, prendre un bain (tylma), ensuite la peau du relaps est frottée avec du sable et plus particulièrement les endroits qui ont reçu le saint chrême. On leur arrache les ongles des mains et des pieds jusqu’au sang, on leur rase entièrement la tête et on les plonge à trois reprises dans un cours d’eau. Une locution[1] est prononcée pendant l’immersion. Enfin, une fois sortis de l’eau, les rebaptisés reçoivent une chemise ainsi que des braies neuves. Ils sont donc considérés, à partir de ce moment, comme faisant à nouveau partie de la communauté juive. La rejudaïsation est inscrite dans le Talmud[2].

La troisième catégorie est celle des chrétiens apostats. Ces juifs sont en fait des chrétiens convertis au judaïsme. Pour passer dans la religion judaïque, d’après les sermons évidemment, ils ont dû, comme les rejudaïsants, passer les « épreuves » inscrites dans le Talmud. Ces anciens chrétiens sont, eux aussi, sous le coup de l’inquisition, tout comme les juifs ayant participé à leur conversion.

En regard de ce que nous venons de lire, nous pouvons conclure que l’inquisition classifiait les juifs en trois catégories afin de pouvoir récupérer à son compte certains hébreux coupables d’hérésie et donc collaborer d’une certaine manière aux évènements antisémites de l’époque.

Antoine Brismé


[1] « Béni soit Dieu, le Dieu, roi des siècles, qui nous a ordonné de nous purifier dans cette eau, dans ce bain que nous appelons en hébreu tymla ». GUI Bernard, Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p.8-9.

[2] Œuvre fondamentale au judaïsme constituée par la réunion de la Mishnah et de la Guemarah. Le but de ce livre est de fournir un enseignement complet sur comment doit vivre un juif, dans la religion comme dans le civil. Le livre a souvent fait l’objet de poursuites par la chrétienté et par l’inquisition. Un sermon datant du 28 novembre 1319 relate d’ailleurs une condamnation du livre. Nous ne l’avons pas utilisé dans notre analyse puisqu’il ne s’agit pas d’une personne mais nous notons la référence ci après. REY Alain, Le Petit Robert des noms propres, Paris, Le Robert, 2006, p. 2098. PALES-GOBILLIARD ANNETTE, Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui 1308-1323, vol. 1 et 2, Paris, CNRS, 2002, p. 1206-1207.

Voir aussi : PALES-GOBILLIARD ANNETTE, op cite, p. 805, 807, 1039. DUVENOY Jean, Le registre de Jacques Fournier, évêque de Pamiers : 1318-1325, Paris, Mouton, 1978, p. 222-234.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *