Bernard Gui, précurseur de la création du mythe de la sorcière?

Vers 1330, Bernard Gui, inquisiteur de Carcassonne, rédigeait l’un des premiers manuels d’inquisiteurs : la Practica Inquisitionis. Rassemblant ses connaissances et son expérience du métier, son but était d’aider ses collègues à éradiquer les hérétiques albigeois, vaudois, béguins et béguines, du sud de la France. On trouve déjà, dans cet ouvrage, un court interrogatoire ainsi qu’une brève abjuration pour les « devins et invocateurs de démon ». La description qu’en fait l’inquisiteur est encore très éloignée du fameux sabbat des sorcières condamné à partir de la fin du 14e siècle… mais du fait que ce manuel a inspiré le Directorium Inquisitorum (1376) de Nicolau Eymerich, vis-à-vis duquel le célèbre Malleus Maleficarum (1486) reconnaissait à son tour sa dette, l’historien ne peut que s’interroger sur le rôle que revêt Bernard Gui dans la création du mythe de la sorcière sabbatique.

La première étape, une confrontation avec les sentences rendues par Bernard Gui entre 1308 et 1323 révèle le peu d’importance qu’accordait manifestement l’inquisiteur à ce domaine, puisqu’aucune ne comprend d’allusion à ces devins et invocateurs de démons.

Une remise en contexte s’impose alors. L’Inquisition, mise sur pied par le pape Grégoire IX aux alentours de 1230 dans le but de débarrasser le Midi des hérésies albigeoises, s’était vue attribuer au fur et à mesure que ce type d’hérésie s’amenuisait toute une série d’autres dissidences comme, par la bulle d’Alexandre IV de 1260, les « superstitions ayant saveur d’hérésie ». Et dès 1320, Jean XXII, pape en Avignon, faisait écrire personnellement à notre inquisiteur pour lui confier sans distinction tous les phénomènes de magie.

Cet ordre reçu tout à la fin de la période couverte par les sentences éditées n’a donc pas eu d’influence sur les sentences d’un homme qui s’intéressait déjà peu à ces phénomènes de magie, peut-être moins présents dans les régions qu’il sillonnait qu’à la cour de Jean XXII. Tout ceci nous laisse croire que Bernard Gui n’a ajouté ce chapitre, repris presque textuellement d’un manuscrit du 13e siècle de la Bibliothèque Mazarine, que pour obéir aux ordres du Souverain Pontife.

Odile Dapsens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *