Cathares et Vaudois : les « sentences » de l’inquisition

À l’aube du XIIIe siècle, une nouvelle guerre sainte est déclarée. Pas pour délivrer la Terre sainte, mais contre d’autres chrétiens. Le champ de bataille est choisi, ce sera le Languedoc, dans le midi de la France actuel. S’engage alors un dur combat qui va entrainer près de 20 années de ravages, de guerre et de lutte. La paix fragile qui règne au Moyen Âge est à nouveau brisée. Les barons francs du nord du Royaume de France descendent en quête de gloire et de richesse. La paix fait place aux pillages et destructions, persécutions, arrestations arbitraires et condamnation à mort sont prononcées sans distinctions. C’est aux tournants des années 1240-1250 que s’installe la plus redoutable institution de répression de l’hérésie. Il s’agit de l’inquisition languedocienne, le bras armé de la Papauté dans la région. Crée pour traquer l’hérésie et la supprimer, elle va se révéler implacable et d’une redoutable efficacité. Cadrée par les directives du quatrième Concile de Latran, l’inquisition est un tribunal spécial appliquant les premières enquêtes rigoureuses. C’est avec elle que la procédure inquisitoire va devenir une procédure accusatoire. C’est dans les dernières décennies du XIIIe siècle, aux côtés de Geoffroy d’Ablis et de Jacques Fournier, futur Benoit XII, que Bernard Gui fait office d’inquisiteur à Toulouse.

De nombreux procès inquisitoriaux voient le jour en Languedoc entre les années 1240 et les deux premières décennies du XIVe siècle. L’inquisiteur Bernard Gui, frère de l’ordre mineur des Dominicains laisse une trace particulièrement importante dans ce domaine. Il intente de nombreux procès inquisitoriaux, condamnant à différentes peines.

Si dans la Practicia[1], il établit les caractéristiques des différentes hérésies et tente de réaliser une liste des fautes pour chaque hérésie, son livre des sentences regroupe les procès-verbaux des différents sermons qu’il a réalisés lors de sa période inquisitoriale. Que ce soit pour des fautes communes, des fautes touchant à la doctrine (prêche, confession…) ou pour des fautes apportant une quelconque « logistique » (dons, logements…), il va énoncer des sentences de croix, de pèlerinage, d’emprisonnement pour plus d’un demi-millier de personnes. Parmi toutes les peines qu’il prononcera, et pour des fautes qui sont identiques aux autres peines, la plus terrible est celle de la remise à la cour séculière, où les relaps et les hauts gradés des sectes hérétiques vaudoises et cathares sont condamnés à la peine de feu, c’est-à-dire le bûcher. Que ce soit les cathares ou les Vaudois, peu subiront des peines de remises à la cour séculières, mais nombreux sont ceux qui sont condamnés aux ports des croix et au Mur, la prison.

Que ce soit au milieu du XIIIème siècle ou au début du XIVème, avec les Vaudois et les Cathares, les inquisiteurs se retrouvent devant deux hérésies qui sont difficiles à cerner. Le fait d’avoir des dissidents agissant dans le secret le plus total est un défi pour les inquisiteurs. C’est par des arrestations et des interrogatoires de croyants cathares ou vaudois que les inquisiteurs arrivent à lutter contre les hérésies. Luttant d’abord et avant tout contre l’hérésie cathare, les inquisiteurs de Toulouse  imputent aux hérétiques de nombreuses fautes, parfois banales parfois plus graves. Elles sont si diverses et variées qu’il est difficile d’en appréhender l’ampleur.

Mais pour les Vaudois et les Cathares, les fautes retenues par Bernard Gui et le tribunal de l’inquisition à l’aube du XIVe ne se différencient que sur la fréquence de celles-ci. Cependant, certaines fautes sont liées davantage aux Cathares qu’aux Vaudois et inversement. Pour les condamnés aux ports de croix ainsi que pour les condamnés au Mur, les Cathares sont davantage condamnés pour des fautes relevant du contact avec des hérétiques, alors que les Vaudois eux sont davantage condamnés pour des fautes relevant de la question doctrinale, principalement des fautes de confession ou d’interprétation. On constate une différence entre les Vaudois et les Cathares par le fait que les Vaudois semblent avoir déjà tous subi une peine d’emprisonnement au Mur, à l’inverse des Cathares. La peine capitale étant la remise à la cour séculière, cette sentence n’est que minoritaire chez Bernard Gui ou les autres inquisiteurs. Cathares et Vaudois reçoivent des peines semblables pour des fautes quasi similaires. Et que ce soit un inquisiteur du milieu du XIIIe s. ou un inquisiteur du début du XIVe s., comme Bernard Gui, la procédure, les fautes et les peines ne diffèrent qu’extrêmement peu. Seules les peines capitales varient d’un inquisiteur à l’autre

Yassine Filali et Thomas Pirotte

[1] Guidonis Bernardus, Manuel de l’inquisiteur, édité et traduit par G. Mollat ; avec la collaboration de G. Drioux, 44 éd., Paris, les Belles Lettres, 2007

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.