Les méthodes d’écriture de Bernard Gui

Durant la fin du XIIIe siècle et le premier tiers du XIVe siècle, le célèbre inquisiteur Bernard Gui  a rédigé un nombre important de textes dans divers domaines. Ces domaines sont l’hagiographie avec différents textes portant sur les Gestes et Vies de Saints, l’histoire avec des chroniques sur la royauté française et la papauté et la rédaction de l’un des premiers manuels d’inquisiteurs : la Practica Inquisitionis1.

La rédaction de toutes ses œuvres passe par le rassemblement d’un corpus de sources important, qui ne cesse de s’agrandir au fur et à mesure de ses voyages, tandis qu’il réécrit ses œuvres à la découverte de nouvelles informations. Mais l’exploitation et le référencement de ses sources varient beaucoup suivant le type de texte qu’il produit : pour les textes hagiographiques, les sources sont toujours citées et bien exploitées, même si souvent manquent leur titre ou le nom de leur auteur alors que dans ses écrits historiques, les sources sont peu citées. Dans la rédaction de la Practica, nous n’avons pas de confirmation de l’identité de ses sources, mais nous savons après analyse qu’il s’est inspiré des manuels qui ont précédé le sien.

Bernard Gui va faire appel à deux processus : celui d’augmentation et celui d’abréviation2. Le premier consiste, avec diverses techniques, à allonger le texte de départ qu’utilise l’écrivain, c’est ce qui lui servira notamment pour réaliser son oeuvre hagiographique ; alors que le deuxième consiste à réduire la taille d’un texte de base sans pour autant lui retirer son contenu – une synthétisation, donc – qui lui servira pour rédiger ses œuvres historiques, notamment ses chroniques. Cela témoigne d’une érudition très forte de sa part, caractérisée notamment par une recherche de la vérité appuyée sur des sources3.

Sa méthode écrite « inquisitoriale » présente, elle, des différences importantes. Il utilise quelque peu les mêmes techniques de compilation pour la rédaction de son œuvre principale : la Practica Inquisitionis et sa méthode d’inquisiteur y transparait dedans – de même dans son Liber Sententiarum – mais, malgré tout, les méthodes de rédaction sont fortement orientées par sa volonté farouche de pourfendre les hérétiques du Languedoc. Quand bien même Annette Palès-Gobillard nuance la réputation du personnage en expliquant qu’il a envoyé peu de personnes au bûcher par rapport aux inquisiteurs des périodes précédentes, laissant donc penser qu’il s’avère être un inquisiteur plutôt doué de compassion4, l’aversion de Bernard Gui envers les cathares et autres hérétiques languedociens transparaît dans ses textes comme dans les sources qu’il utilise5.

Dumont Sébastien et Windels Thomas.

 

 
   

1 BERNARDUS GUIDONIS, DRIOUX Georges et MOLLAT Guillaume, Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2006, (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 44).

2 GUENEE Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, (Collection historique (Aubier)).

3 LAMARRIGUE Anne-Marie, Bernard Gui (1261-1331) : un historien et sa méthode, Paris, Champion, 2000, p. 178 (Études d’histoire médiévale, 5).

4 PALES-GOBILLIARD Annette, « Bernard Gui inquisiteur et auteur de la Practica », dans BIGET Jean-Louis (éd.), Inquisistion et société en pays d’oc (XIIIe et XIVe siècles), Toulouse, Privat, 2014 (Histoire religieuse languedoc, 2), p. 125-131.

5 BERNARD GUI, Manuel de l’inquisiteur, dans DRIOUX Georges et MOLLAT Guillaume (éd.), Manuel de l’inquisiteur, Paris, Les Belles Lettres, 2006. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Age, 44), p. 87.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.