La représentation des Cathares dans la bande dessinée

Depuis les années 1980, les bandes dessinées représentant les cathares connaissent un succès. Parmi celles-ci, on retrouve « Le triangle secret », « Le jeune homme du suaire », « Je suis cathare », « Le dernier cathare », « Jordane, petite fille cathare de Fanjeaux », « Vasco. Le diable et le cathare », « Mémoire de cendres » ou encore « Cathare ». Malgré une thématique similaire, les représentations varient d’un ouvrage à l’autre. Comment représente-t-on les cathares, aujourd’hui, dans la bande dessinée ?

Les cathares sont tantôt représentés comme des martyrs, tantôt comme des guerriers violents. Cette diversité dans la mise en scène peut s’expliquer à la fois par le fait que les historiens ne partagent pas tous la même opinion à propos de l’histoire du catharisme, mais aussi par le fait que le public ciblé n’est pas toujours similaire. Effectivement, certaines œuvres sont destinées à des enfants tandis que d’autres à de jeunes adultes. Certains auteurs utilisent le Moyen Âge, et dans ce cas, le catharisme, afin de créer des scénarii captivants suscités par cette période présentée comme mystérieuse et sombre. L’historicité ne semble pas être leur préoccupation.

Néanmoins, nous pouvons dire que, dans la plupart des cas, les Cathares sont des personnes persécutées et pauvres, portant des habits modestes, à l’inverse des Chrétiens qui sont représentés comme étant riches. Les couleurs utilisées par les coloristes mettent en avant cette différence. Les Parfaits portent des manteaux noirs ou bruns, tandis que les chrétiens et les habitants des castra sont représentés avec des couleurs vives.

Concernant leur place dans la société, les Cathares sont victimes des oppressions de l’Église. La croisade des Albigeois et l’Inquisition sont développées dans l’ensemble des bandes dessinées sélectionnées. Les Cathares sont alors amenés à fuir et à se défendre. On observe dès lors l’importance des seigneurs locaux qui viennent en aide aux hérétiques en leur fournissant une défense. Le lieu de Montségur est présenté comme un lieu stratégique.

Quant à l’aspect religieux, il n’est pas au centre des scénarii. Le centre d’intérêt est, davantage, le conflit opposant les deux religions sans que le Catharisme soit explicitement expliqué à l’exception de l’œuvre scénarisée par Anne Brenon. Nous ne retrouvons la présence de rites, comme le consolamentum, que dans deux récits, dont celui de l’historienne A. Brenon. La représentation religieuse est donc peu présente contrairement à la représentation guerrière/victime.

A propos de l’aspect physique, les dessinateurs ont représenté leurs personnages sous des formes variées ayant, parfois, des cheveux longs, parfois des cheveux courts ou étant chauve, portant tantôt une barbe, tantôt le visage. Il ne semble pas qu’un type de représentation ressorte. De plus, dans cinq des bandes dessinées choisies pour ce travail, la place de la femme est secondaire. Les auteurs, excepté A. Brenon et Jarbinet, ont préféré mettre en scène des hommes.

En outre, nous avons pu constater que certains scénaristes ont tenté de respecter la vérité historique en s’inspirant de faits repris par certains scientifiques. Par exemple, cela s’observe dans « Jordane, petite fille cathare de Fanjeaux » où la scénariste, A. Brenon, a souhaité faire apparaître le fruit de ses recherches. Dans la majorité des cas travaillées, des similitudes ont pu être dressées et semblent être reprises de l’école traditionnelle (celle qui soutient l’existence d’un Catharisme organisé et structuré).

Maxime Dubois et Corentin Stassin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.