L’origine orientale du catharisme au XIIe et au XIIIe : une quête de légitimité ou une invention de l’Église ?

L’origine du mouvement cathare est un sujet qui a alimenté un nombre important de questionnements et de fantasmes au fil des siècles. Depuis ces dernières décennies, l’engouement autour de ce thème a permis des avancées notables dans une recherche aussi difficile que polémique. Dans le cadre de ce séminaire, nous avons pour objectif d’apporter un regard neuf afin de constituer notre propre jugement sur la question.

L’axe de recherche a été déterminé sur base du thème suivant : « L’origine orientale du catharisme à travers le XIIe et XIIIe siècle : le lien avec le bogomilisme est-il la réponse à un mouvement en quête de légitimité ou bien les autorités ecclésiastiques occidentales sont-elles à la base de cette corrélation ? »

Pour réaliser cette recherche, trois sources manuscrites datant du XIIe et XIIIe siècle ont été utilisées. La première est la lettre d’Evervin de Steinfeld. Il s’agit d’une correspondance privée entre le prévôt et Bernard de Clairvaux. Ensuite, nous avons analysé deux documents issus de la famille des sources lombardes : De heresi catharorum in Lombardia et Tractatus de hereticis seront analysés. Ces textes y développent une généalogie des Églises cathares d’Italie et une certaine filiation avec l’Orient.

Deux grandes parties ont été traitées dans cette recherche. Tout d’abord, la question de l’existence même du bogomilisme sera présentée sur base des sources contemporaines à la propagation de l’hérésie. Ensuite, les différents témoignages du XIIe et du XIIIe siècle qui reprennent un lien entre les hérésies occidentales et orientales ont été exposés de manière sommaire. Dans un second temps, les documents susnommés ont été soumis à une critique interne et externe avec, premièrement, la question d’un lien entre l’Occident et l’Orient qui sera avancée grâce à une comparaison des sources entre elles. Ensuite, les points de vue des auteurs à propos des dissidents et les raisons pour lesquelles ils les remettent par écrit vont être analysés.

Ces trois écrits laissent présager, à la première lecture, une arrivée en Occident des dissidents par le biais de voyages, voire de missions d’évangélisation hérétiques depuis l’Orient. L’idée d’un lien entre les bogomiles et les cathares semble exister. Cependant, il est nécessaire de dépasser cette représentation qui a été fort sollicitée durant la seconde moitié du XXe.s.

Au regard de la lettre du prévôt de Steinfeld, ce lien n’est pas aussi évident à déceler. Premièrement, le catharisme n’est pas un terme qui existait au moment d’Evervin de Steinfeld. Même si ces hérétiques ont des caractéristiques proches de celles des cathares désignés par Eckbert de Schönau, il est délicat de les associer à ce courant dissident. Le texte en lui-même n’indique pas clairement une ascendance bogomile, mais plus largement une origine orientale. Il nous est apparu qu’il s’agirait plus d’une tentative de légitimation de leur mouvement plutôt que d’une réelle filiation avec l’Orient. Comme s’ils essayaient de se montrer plus dignes que l’Église officielle. Ils font remonter leur histoire aux contrées orientales, proches de celles du Christ et à une époque assez lointaine, en particulier au début de la religion chrétienne et au temps des martyrs.

La vision que porte Evervin sur ceux-ci montre qu’ils sont très mal considérés par l’Église de Rome, comme des personnes ayant suivi le mauvais chemin les menant à Satan et à l’Enfer. Essayant de les comprendre un peu face à ce choix de vie, Evervin n’éprouve pas pour autant de bienveillance à leur égard. Il n’existe pour lui qu’une religion digne, c’est celle de Rome. Tout être qui déroge à cela n’est qu’un sous-homme condamné qui contamine tout le monde, du simple paysan aux membres du clergé. Et il faut agir face à ce fléau, comme si cela était une maladie à éradiquer. Cet avis a l’air d’être suivi par l’inquisiteur Anselme d’Alexandrie. En effet, à travers son texte et l’utilisation de certains termes, il met l’accent sur le caractère corrompu de la dissidence lombarde, sans pour autant la juger ouvertement. Le but de la correspondance entretenue entre les deux hommes est très clair. C’est de demander de l’aide à l’abbé afin de combattre ces nouvelles communautés d’hérétiques. Il ne cherche, par contre, pas à créer ou à apercevoir un quelconque lien entre les hérésies d’Orient et celles qui sont près de chez lui, n’ayant fait que relayer le message promulgué par ces déviants avant leur mort.

En revanche, pour les sources lombardes, les intentions sont plus difficiles à déceler. Nous ne pouvons formuler que des hypothèses à ce sujet. Ces deux documents suivent la même trame générale sans pour autant être identiques, comme si l’histoire avait évolué au fil du temps. Il se pourrait que nous analysions un conte qui a été transmis par tradition orale avant d’être remis par écrit au début du XIIIe siècle. De heresi catharorum, a peut-être, plus tard, inspiré Anselme d’Alexandrie pour formuler sa narration. Il y a donc des différences voir des contradictions à relever entre les deux sources. L’objectif des auteurs peut être multiple. Dans un contexte de tensions lié à la prise de Constantinople par les croisés, les auteurs auraient pu diffamer les orientaux en les accusant d’être à l’origine des déviances au sein de l’Église de Rome. Ils pourraient aussi délégitimer les cathares en mettant en avant leur incapacité à s’entendre entre différents groupes ; mais aussi en appuyant sur les comportements jugés douteux de leurs évêques. Enfin, il existe une théorie selon laquelle les représentants de l’Église de Rome – incapable de cerner les hérésies qui les entourent – leur inventent une genèse et des jalons auxquels ils peuvent se raccrocher et les définir.

Pour terminer, l’origine orientale des cathares ou plus largement des hérésies occidentales, ressort bien dans les sources vues ci-dessus, sans pour autant que cela puisse être considéré comme vraisemblable. Certes, des ressemblances entre les hérétiques bulgares et de Cologne peuvent être décelées, mais, plus vraisemblablement, les hérétiques vont suivre toujours plus ou moins les mêmes rites afin de se détacher de l’Église de Rome et afin de retourner à un idéal remontant au début de la Chrétienté. Nous pouvons supputer que des contacts, via le commerce ou la guerre, ont pu être établis entre les différents groupes. Cela aurait pu influer la doctrine dans une certaine mesure sans toutefois avoir une influence prédominante. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous serions tentés d’affirmer que l’origine bogomile de l’hérésie cathare n’a pas réellement existé. Toutefois, nous devons rester modeste par rapport à cette affirmation, dès lors que les spécialistes dans le domaine ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord.

Marie Decerf & Barthélémy Dufrasne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.