Etude des sentences inquisitoriales dans le Languedoc des XIIIe et XIVe siècles: l’utilisation des manuels et des registres de sentences – Les cas de Bernard de Caux, Bernard Gui, Geoffroy d’Ablis et Jacques Fournier

Au sein de notre travail de séminaire, nous avons abordé la thématique du manuel des inquisiteurs et de leur utilisation à travers l’étude des livres de sentences dans le cadre du processus inquisitorial dans la région du Languedoc entre les XIIIe et XIVe siècles. Nous avons dès lors posé une problématique, fil rouge de notre travail : En quoi l’étude des livres de sentences, au regard de l’utilisation des manuels d’inquisition, nous permet-elle d’observer les marges de manœuvre et les mentalités des juges ecclésiastiques dans la région du Languedoc aux XIIIe et XIVe siècles ?

Le XIVe siècle correspond à la fin du mouvement cathare, par le biais d’une répression mise en place par le siège pontifical dès la fin du XIIe siècle et codifiée tout au long du XIIIe siècle. Ainsi, l’apparition de manuels « d’utilisation » pour les inquisiteurs dans le cadre de cette politique de chasse à l’hérétique permet d’en apprendre long sur le fonctionnement des tribunaux inquisitoriaux dans le courant des XIIIe et XIVe siècles. Rempli de préjugés sur son rôle et son action – notamment leur rapport à la torture –, le phénomène inquisitorial se doit d’être étudié plus profondément afin d’en dégager les racines et les subtilités.

 Dès lors, nous avons tenté, dans les limites de ce séminaire, d’observer la manifestation des mentalités et la marge de manœuvre des inquisiteurs entre autres à travers les registres de sentences de Jacques Fournier, Geoffroy d’Ablis et Bernard Gui en parallèle avec les manuels d’inquisiteurs de ce dernier et de Bernard de Caux et Jean de Saint Pierre. Comprenons avant tout qu’il est impossible d’étudier le caractère des inquisiteurs en tant qu’individu et qu’il est donc inévitable de les analyser à travers leur fonction ecclésiastique et les sources qu’ils ont laissées à la postérité (sources qui sont d’ailleurs très inégales).

Dans l’ensemble, les inquisiteurs cherchent à (re)convertir les accusés qui paraissent face à eux. Ceux-ci sont évidemment punis et doivent faire pénitence, mais celle-ci se limite principalement à un pèlerinage ou un port de la croix. Dans les cas extrêmes, on retrouve toutefois des mises au Mur (en prison) ou même un cas de bannissement du Royaume de France. Ceci tronque cette vision erronée de l’inquisition languedocienne des XIIIe et XIVe siècles. Les tribunaux sont ainsi davantage pénitentiels que réellement répressifs.

Quant à la marge de manœuvre, elle ne diffère pas énormément en fonction des inquisiteurs. Les livres de sentences parlent d’eux-mêmes et sont de fait très semblables quant à la forme et le fond. Ils utilisent les mêmes manuels et la construction d’une certaine jurisprudence ecclésiastique, ne dépassant donc pas le cadre qui leur a été imposé. Bernard Gui et Geoffroy d’Ablis ont travaillé ensemble et ont donc une méthode très similaire. Ils ont contribué à deux à l’arrestation d’un très grand nombre d’hérétiques. Jacques Fournier tente une approche rhétorique et argumentative, écoutant le plaidoyer de chaque prévenu avant de tenter de le convaincre de revenir à la confession catholique par pénitence légère. La notion du pouvoir inquisitorial reste très floue, notamment à cause de la rupture causée par la bulle pontificale de Clément V, réformant complètement la marge de manœuvre des inquisiteurs. Malgré cela, ceux-ci ne cherchent au final pas spécialement à innover dans leur méthode, adoptant parfois un comportement « humain » qui demeure toutefois cadenassé par leur règlement et leur devoir en tant qu’officier de l’Église de Rome.

Eva Depienne & Vincent Mazy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.