La Charte de Niquinta et l’Assemblée de Saint-Félix (1167) : Historiographie et enjeux d’une source controversée (1930-2019)

La Charte de Niquinta, source controversée de l’histoire du catharisme relate la tenue d’un concile cathare dans le château de Saint-Félix en Lauragais en 1167 lors duquel serait intervenu un dignitaire originaire des Balkans, papa Niquinta pour résoudre un conflit territorial entre les Églises de Toulouse et de Carcassonne. L’authenticité de ce document pose question dès l’Époque moderne et fait l’objet d’un débat construit à partir des années 30, quand l’argumentaire autour de cette source ne cesse d’évoluer.

Le moment fort du débat est l’année 1999, date pivot caractérisée par un avant et un après : une période antérieure durant laquelle les chercheurs pour la plupart impliqués dans le monde catholique mettent sur pied un argumentaire solide appuyé par la découverte de nouvelles sources et dont les arguments seront repris par les successeurs. Au cours de l’année 1999 elle-même,un colloque est organisé rassemblant les spécialistes de la question, qui, ne parvenant pas à trancher sur la question de l’authenticité décident de faire analyser la source par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes. Cette année se caractérise par une période de pessimisme quant à l’authenticité de la source. Une période postérieure s’ouvre, lors de laquelle des chercheurs de divers horizons refont une synthèse critique du débat et ouvrent à une nouvelle dynamique de confiance en l’authenticité de la charte. Au terme de l’analyse du débat, il ressort que cette source ne s’apparente pas à une charte, mais plutôt à une notice ou à un procès-verbal. Il y a peu de probabilité pour que la charte soit un faux catholique, car le style tempéré du texte détonne avec la virulence employée par les auteurs catholiques dans les sources de la même époque. L’hypothèse du faux moderne est quant à elle entièrement rejetée par la communauté scientifique après analyse minutieuse. Il reste donc l’hypothèse du vrai cathare, position d’ailleurs préférée et justifiée par une courte réflexion hypothétique dans cette contribution : la charte de Niquinta serait restée dans le milieu cathare jusqu’au XIIIe siècle, période à laquelle Pierre Isarn découvre la source, la trouve très utile dans un siècle de difficultés pour l’hérésie cathare (croisade albigeoise, etc.) et la fait recopier. Malgré tout, le débat n’est pas clos : le thème semble cependant saturé, épuisé et ne pourrait être renouvelé que par la découverte de nouvelles sources qui pourraient alors peut-être nous faire basculer dans une nouvelle ère de l’historiographie de la Charte de Niquinta.

Dans tous les cas, l’authenticité de ce document fait l’objet d’un grand intérêt qui se traduit dans les enjeux qu’elle représente dans nos connaissances de l’hérésie médiévale : « cette source pourrait représenter la trace la plus ancienne de la tenue d’une assemblée hérétique autonome dans le Midi de la France, témoignant de l’organisation précoce déjà atteinte par les cathares dans le début du XIIe siècle et prouvant que le « péril hérétique » n’est pas un fantasme des clercs, mais une réalité. »

Clara Folie & Lison Vercammen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.