Prendre le pouvoir par l’écrit (II) La montée en puissance du pouvoir communal : autour de Nivelles, fin 13e-15e s. —— Séminaire Master Histoire médiévale LHIST 2260 – 2017-2018

Il faut sans cesse revenir à une histoire « d’en bas » pour éviter de surévaluer les pouvoirs princiers, surtout en une fin de Moyen Âge où la notion d’État semble s’installer et où émergent les écrasants pouvoirs royaux européens. Or, loin d’un pouvoir ecclésiastique tout puissant, loin d’un pouvoir royal ou impérial omniprésent, les communautés locales s’érigent en institution. L’an passé, le séminaire s’est intéressé aux « cours de tenants ». Cette année, ce sont les cours échevinales autour de Nivelles qui vont retenir toute notre attention.

Pourquoi Nivelles ? On a conservé presque 60 000 chirographes (des actes en « vernaculaire », non scellés mais émis en deux exemplaires au moins et dotés d’une légende, « chirographum ») émis par l’échevinage de cette petite bourgade, principalement pour le Moyen Âge. Ce faisant, Nivelles se place au niveau des grandes villes de la Flandre française ou flamingante, comme Douai, Ypres, Tournai… Elle développe dans le duché de Brabant, de manière massive, une production documentaire étonnante : signe d’un pouvoir bien implanté localement et reconnu par toute la région. Un projet de recherches financé par le FNRS, appelé ChiroN (Chirographes Nivellois), mené par Mathilde Rivière et Emilie Mineo (qui assisteront au séminaire), vise à comprendre ce qui s’est passé à Nivelles.

Mais Nivelles est-elle la seule commune à avoir développé ce pouvoir par l’écrit ? D’autres villages des alentours n’auraient-ils pas produit eux aussi des chirographes (sans qu’ils soient aussi bien conservés, certes) ? L’administration de Nivelles les a-t-elle influencés ou bien des villages plus éloignés auraient-ils servi de courroie de transmission entre la Flandre et la cité nivelloise ? Peut-être Nivelles est-elle un cas unique dans la région et peut-être les communes des environs n’ont-elles jamais utilisé le chirographe ? Personne n’a jamais étudié ce dossier ni ne s’est penché sur ces questions. C’est l’objet de ce séminaire. Chaque étudiant sera chargé d’un dossier de documents originaux, de son choix, lié à une ou plusieurs communautés. Il tentera d’en définir les spécificités techniques et matérielles, cernant le contenu, identifiant les hommes et les femmes protagonistes dans ces chartes, en rapport avec le dossier nivellois, en dialogue avec les enseignants, professeur et assistante, mais aussi avec les chercheuses du projet. Les textes sont en vernaculaire, le latin n’est pas nécessaire et aucune compétence paléographique poussée n’est requise. Les bons travaux pourraient faire l’objet de publications scientifiques.

Paul Bertrand, professeur

Marie Van Eeckenrode, assistante

Mathilde Rivière, doctorante

Emilie Mineo, postdoctorante

Séance de présentation : 19 septembre, local C 228, 10h45


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *