La structure des interrogatoires des Templiers

Les Templiers, après leur arrestation, ont été soumis à plusieurs interrogatoires.  Il en subsiste de trois sortes. D’abord, les interrogatoires inquisitoriaux, menés en 1307 par l’Inquisiteur de France[1], ensuite les interrogatoires diocésains menés en province dans tous les diocèses du royaume à partir de 1309 (ce sont les interrogatoires du diocèse de Clermont, les premiers des interrogatoires diocésains, qui seront étudiés)[2], et les interrogatoires pontificaux menés par une commission nommée par le pape qui commence ses travaux la même année et se clôture en 1311[3]. Ces interrogatoires se basent sur différents questionnaires préétablis. Celui de 1307 n’est pas connu, mais les deux autres ont été conservés. Systématiquement, toutes les questions qui y sont répertoriées sont posées, même si elles ne trouvent pas toutes de réponses.  

 

Il existe des points communs et des différences notoires entre ces trois séances d’interrogatoires, tant d’un point de vue structurel que d’un point de vue d’objectifs. Au niveau des questionnaires, les points communs majeurs permettent de voir quels étaient les objectifs des interrogateurs. Ainsi, on peut identifier cinq grands thèmes récurrents présents dans tous les interrogatoires : le reniement du Christ lors des cérémonies de réception des frères de l’ordre, le crachat sur une Croix lors de ces mêmes réceptions, des baisers pratiqués sur des parties indécentes du corps toujours lors des réceptions, les relations homosexuelles entre frères, et enfin l’adoration d’une idole satanique en forme de tête humaine.  Ces éléments sont présents pour faire passer l’ordre du Temple comme hérésie. On retrouve certains de ces aspects dans les accusations portées contre d’autres mouvements hérétiques auparavant[4]. 

 

Ce n’est pas la culpabilité des Templiers que l’on veut prouver, mais ce sont des charges à retenir contre eux. Cependant, il faut faire la distinction entre la culpabilité de l’individu interrogé, et celle de l’ordre dans son ensemble.  C’est au sujet de la première qu’est élaboré le questionnaire des interrogatoires diocésains, et de la seconde qu’est élaboré le questionnaire des interrogatoires pontificaux. Pour preuve, les questions posées par la commission pontificale qui divergent de celles posées dans les diocèses[5] ont attrait à des aspects concernant l’ordre dans son ensemble. On veut savoir, par exemple, ce que pratiquait l’ordre à l’étranger, si ces pratiques tiennent de la tradition, ou encore comment sont impliqués les hauts responsables.

 

Pour une grande partie des Templiers interrogés, il s’agit d’une aubaine. Afin de s’éviter le bûcher, ils seront nombreux à entrer dans le jeu des interrogateurs et à accabler l’ordre d’être à la base des vices qu’on leur reproche[6]. C’est ainsi que dans une grande partie des réponses que les Templiers offrent à leurs interrogateurs, on voit qu’ils se dédouanent du pire. Par exemple, concernant les accusations d’homosexualité, certains nient totalement avoir commis l’acte, ce qui pourrait les faire condamner à mort, mais avouent avoir entendu parler du fait que ces pratiques étaient autorisées par la tradition au sein de l’ordre.

Johan Rennotte


[1] OURSEL Raymond, Le procès des Templiers, Paris, Denoël, 1955, pp. 23-39.

[2]CHAGNY-SEVE Anne-Marie, SEVE Roger, Le Proces des Templiers d’Auvergne (1309-1311). Édition de l’interrogatoire de juin 1309, Paris, C.T.H.S., 1986, (Memoires et documents d’Histoire médiévale et de philologie), pp. 111-250.

[3]OURSEL, op. cit., pp. 66-71.

[4]COHN Norman, Demonolatrie et sorcellerie au Moyen Âge. Fantasmes et réalités, trad. de l’anglais par ANGENO Maurice, LAROCHE Sylvie, Paris, Payot, 1982, pp. 116-117.

[5]Les autres questions sont toutes similaires à ce que l’on retrouve dans les interrogatoires menés dans les diocèses.

[6]Mais il ne faut pas oublier que beaucoup d’entre eux nieront jusqu’au bout les méfaits reprochés. Certains même, comme le Grand Maitre, avoueront avant de se rétracter.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *