Les Templiers l’épée levée contre Philippe le Bel ?

Beaucoup d’hypothèses ont été émises sur la fin de l’Ordre du Temple, des plus pertinentes jusqu’aux plus farfelues, cependant un point n’a que peu ou pas été abordé : les Templiers ont-ils combattus  les intérêts du roi de France sur le champ de bataille ? Si cela est le cas, il n’est alors pas difficile de penser que cela a dû jouer quelque peu dans la suppression de cet ordre.

Les Templiers ne se sont pas illustrés qu’en Terre Sainte : ces derniers ont aussi combattu en Occident, contre les musulmans dans la péninsule Ibérique[1], mais aussi contre d’autres chrétiens… Ils sont appelés aux armes par le roi Pierre d’Aragon, vers la fin du XIIIe siècle, qui a besoin de leurs forces pour combattre la Navarre[2], alors sous l’empire des Français[3]. Ce n’est pas une attaque directe contre le roi de France, mais cela menace ses intérêts, et les Templiers s’y retrouvent associés.

On retrouve quelques années plus tard des Templiers dans les rangs des rebelles Flamands, lors de la révolte de Guy de Dampierre, comte de Flandre. La trace de l’intervention des Templiers dans les armées Flamandes peut être trouvée dans des comptes : des listes de soldats étaient tenues par les autorités, on trouve ainsi dans les comptes de la ville de Bruges la mention de Templiers[4], de soldats aux tuniques blanches avec des croix rouges[5]. Ils sont encore visibles dans un autre compte  où sont répertoriés différents soldats ayant été rétribués pour leurs services lors de la campagne contre les Français[6]. Leur est alors fourni pour 30 livres d’étoffes[7], ce qui représente une somme importante, et montre donc l’engagement important des templiers dans la rébellion. Enfin, dans un autre compte de la ville de Bruges, un « registre de confiscation[8] », qui fait mention des confiscations opérées sur la personne des citoyens Brugeois ayant soutenu le roi de France, on mentionne l’utilisation faite de ses confiscations : on a notamment payé les chariots et les chevaux utilisés par les Templiers au sein de l’armée Brugeoise[9].

Les Templiers ont aussi fourni l’un des leurs comme conseiller de Philippe de Dampierre, fils du comte Guy[10], lors de la rébellion, en la personne de Pieter Uten Sacke. C’est un homme influent, originaire d’une riche famille Brugeoise, et au Temple depuis 1272, il est un temps commandeur de l’ordre en Flandre entre 1280 et 1297[11]. La présence d’un tel personnage dans l’entourage d’un des chefs de la rébellion nous montre qu’ils étaient présents même dans les plus hauts échelons du comté de Flandre.

Dès lors, pouvant constater la présence des Templiers dans les rangs des armées qu’il eut à combattre, on peut penser que cela a dû jouer dans la balance lors de la suppression de l’Ordre. C’est une hypothèse, et bien que le procès ne nous le montre pas[12], c’est tout de même fort possible. Pourquoi ne pas alors avoir accusé les Templiers de ces actes ? Je pense que ceci est dû au fait que les accusations portées contre eux (hérésie, sodomie, etc.) étaient suffisantes pour les faire condamner, et dès lors, il n’était pas nécessaire de les accuser d’avoir combattu contre le roi de France, les faits qu’on leur attribuait suffisant.

Jérôme Delhaye


[1] HÉLARY Xavier, L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel, Paris, Perrin, 2012, p. 25.

[2] DEMURGER Alain, Vie et Mort de l’ordre du Temple. 1118-1314, Paris, Seuil, 1985 p. 201.

[3] HÉLARY Xavier, op. cit., p. 172.

[4] COLENS Jules (éd.), 1302 : le compte communal de la ville de Bruges, Bruges, 1886, p. 163-166.

[5] SCHOTTE Bernard « fighting the king of France : Templars and Hospitallers in the Flemish Rebellion of 1302 », dans BURGTORF Jochen, CRAWFORD Paul, NICHOLSON Helen J., The Debate on the Trial of the Templars, Farnham, Ashgate, 2010, p. 50.

[6] Ibid.

[7] COLENS Jules, op. cit., p. 189-190.

[8] Bruges, Archief van de Stad, 271, Confiscation Registers, 1A (1302-1303, fol. 227-229).

[9] SCHOTTE Bernard, op. cit., p. 52.

[10] WANDEWALLE André, WYFFELS Carlos (éd.), De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319), 2e vol., Bruxelles, Académie royale de Belgique / Commission royale d’histoire, 1997, p. 712.

[11] SCHOTTE Bernard, op. cit., p. 54-55.

[12] Du moins n’en ai-je pas trouvé de traces dans les interrogatoires présentés dans l’ouvrage de Raymond Oursel, ou celui de Malcolm Barber et Keith Bate, compilant diverses sources relatives aux Templiers. OURSEL Raymond (éd.), Le procès des Templiers, Paris, Denoël, 1955. BATE Keith, BARBER Malcolm (éd.), The Templars, selected sources, Manchester, Manchester University Press, 2002.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *