Des mots pour convaincre : la prédication selon Bernard Gui

La propagation des hérésies médiévales doit beaucoup à la prédication. On s’en fait une idée à la lecture de la Practica inquisitionis1 et du Liber sententiarum2 de Bernard Gui, qui fut inquisiteur de Toulouse de 1307 à 1323.

Les lieux publics étant contrôlés par les défenseurs de l’Église, c’est dans la sphère privée que l’hérésie va prendre son essor. Les dissidents, qui parcourent le pays pour annoncer leur vérité, doivent bénéficier de lieux sûrs où prêcher, convertir, se loger et se cacher3. Une sorte de réseau clandestin va donc se constituer, chaque maison offrant au prédicateur un toit et un public. La confiance en ses proches, la volonté de les voir accéder au Salut font de la famille le noyau du développement de l’hérésie4. La loyauté et le silence s’imposent comme les conditions vitales de celle-ci5. C’est par le sceau du secret que passe la sauvegarde de la communauté.

Le Livre des sentences ne mentionne qu’une vingtaine de prédicateurs appartenant tous au même mouvement. Ils suivent le modèle apostolique et vivent de la générosité de leurs fidèles6. Leurs méthodes oratoires se répètent à chaque réunion. Lorsque la raison et la sincérité ne suffisent pas, ils n’hésitent pas à utiliser la peur comme moyen de persuasion7.

Les auditeurs appartiennent principalement au milieu rural. Malgré leur peu d’instruction, ils ne sont pas naïfs pour autant. Certains passages du Livre des sentences témoignent d’un véritable travail critique de leur part8. Ils sont nés dans le catholicisme romain et peuvent, pour la première fois, prendre une décision en matière religieuse. (Au final, l’hérésie – comme sa racine grecque l’indique – ne serait-elle rien d’autre qu’un choix ?)

Le contenu de la prédication demeure incertain. La doctrine que décrit Bernard Gui résulte d’une reconstruction. Dans la tradition des Pères de l’Église, l’inquisiteur rattache les hérétiques à des dissidences plus anciennes et leur donne des origines non chrétiennes9. L’idéologie évoquée nous renseigne plus sur l’image que Bernard Gui se faisait des hérétiques, que sur la pensée réelle de ceux-ci. Les seules sources dont dispose l’historien émanent de l’Église. L’image de l’hérésie en sort altérée.

Maxime Ladrière

  1. Gui Bernard, Manuel de l’inquisiteur, éd. et trad. du latin par G. Mollat, rééd., Paris, Les Belles Lettres, 2007 (Les Classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge, 44). []
  2. Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui 1308-1323, éd. et trad. du latin par Annette Pales-Gobilliard, Paris, CNRS, 2002, II vol. (Sources d’histoire médiévale, 30). []
  3. Ibid., vol. I, p. 249. []
  4. Ibid., p. 287. []
  5. Ibid., p. 215 et 713. []
  6. Ibid., p. 211, 233 et 417. []
  7. Ibid., p. 727. []
  8. Ibid., p. 345. []
  9. Gui Bernard, Manuel de l’inquisiteur, p. 11. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *