Les erreurs de Béguins du Languedoc au début du 14ème siècle selon Bernard Gui

Lorsque l’on parle des Béguins, nous pouvons penser aux béguinages flamands ou aux religieuses occupant les lieux. Pourtant, il en est d’autres, comme dans le Languedoc, auxquels on peut plutôt associer comme idées : saint François, pauvreté ou encore inquisition. Ce groupe de population qui s’est développé surtout en Italie et dans le sud de la France a décidé de suivre la pauvreté ainsi que d’autres doctrines de saint François d’Assise, fondateur de l’Ordre franciscain, canonisé en 1228, moins en tant que religieux, qu’en tant que laïc. Ils voulaient en effet se consacrer à leur foi tout en restant dans le monde. Il semble bien que c’est avec l’arrivée de Pierre Déjean Olieu[1] que ce mouvement s’est développé en France. On retrouve en effet beaucoup d’éléments idéaux défendus par les Béguins dans ses ouvrages, dont dans le Commentaire de l’Apocalypse, qui fut condamné comme hérétique en 1326 par le pape Jean XXII. Ce dernier connaissait bien les Béguins, puisqu’il les a poursuivis durant son pontificat. C’est en 1318 que les premiers hommes, que l’on qualifiait de Béguins, furent condamnés et brûlés dans la ville de Marseille par l’inquisition. Ces condamnations eurent un impact important sur toute la communauté laïque et leur attitude face à l’Église qui a décidé de cela.[2]

Grâce aux sentences rapportées et retranscrites[3] par Bernard Gui[4], on peut comprendre les idées, que l’inquisiteur de Toulouse appelait les « erreurs de Béguins », qu’ils suivaient et reconnaissaient. On en relève quinze principales, évoquées par la plupart des personnes interrogées. Parmi elles, certaines ne sont partagées que par moins d’un quart d’entre elles, tandis que d’autres le sont par toutes.

Tout d’abord, on retrouve deux idées communes, à savoir, le culte lié au théologien Pierre Déjean Olieu et la réaction à l’encontre de la condamnation des quatre frères condamnés à Marseille. Ceux-ci sont ainsi considérés comme des martyrs, et les personnes ayant décidé de leur sort, comme des hérétiques. Ensuite, pour les trois quarts et plus des interrogés, on voit que la constitution Quorumdam exigit, faite par le pape Jean XXII, en 1317, et qui accordait certaines souplesses à la Règle de saint François, fut mal reçue, et plus particulièrement ce qui concernait l’annulation et le statut de l’Ordre. On constate que l’Église est fortement critiquée et détestée pour ce qu’elle fait à l’encontre des membres de l’Ordre, tout comme le pouvoir pontifical. Toujours dans cette même proportion, on note comme étant négatif pour l’inquisition le fait que les Béguins aient apporté de l’aide aux apostats et à ceux recherchés. Pour la moitié d’entre eux et plus, la Règle de saint François est sacrée et on ne peut y toucher, tout comme on ne peut déplacer un frère dans un autre ordre car cela risquerait de provoquer une diminution de perfection. Les deux autres idées pour lesquelles ils sont d’accord dans cette proportion sont la vénération des Béguins condamnés et de leurs ossements ainsi que l’image du pape Jean XXII, qu’ils voient comme l’antéchrist mystique. Enfin, les trois idées partagées par un quart des personnes interrogées et plus, sont le statut d’un membre de l’Ordre qui devient évêque, les costumes qu’ils portent ainsi que la mendicité qui leur permet de vivre.

Après avoir comparé les dépositions, on se rend compte que malgré l’impression qu’on peut avoir de celles-ci comme étant homogènes, il apparait qu’au sein même des idées générales, il y a des divergences entre les Béguins. On ne remarque cependant pas de grandes différences entre les hommes et les femmes. En effet, sur les treize dépositions analysées, il y avait onze hommes et deux femmes.

 

Adeline Van Oostende


[1] Pierre Déjean Olieu est né en 1247 ou 1248. À l’âge de douze ans, il est entré chez les franciscains. Il fit des études à Paris mais n’obtint jamais sa maitrise. Il écrivit de nombreux ouvrages sur sa mission et plus particulièrement sur la pauvreté évangélique. Son œuvre la plus connue est celle qu’il rédigea à la fin de sa vie, le Commentaire sur l’Apocalypse, dans lequel il donne les différents âges de la vie et une vision du monde vu comme une progression hiérarchique. À sa mort en 1298, il fut l’objet d’un culte de la part des laïcs et du clergé. En 1326, son Commentaire fut condamné et sa tombe détruite, ce qui ne changea en rien le culte qu’on lui portait. BURR David, L’histoire de Pierre Olivi, franciscain persécuté, trad. de l’anglais par Putallaz François-Xavier, Fribourg, Editions Universitaires, 1997 (Vestigia : pensée antique et médiévale, 22).

[2] BURR David, op.cit., p. 235, 237 et 238. PIRON Sylvain, op.cit., p. 99-101. THÉRY Julien, « Les hérésies, du XIIe au début du XIVe siècle » dans DE CEVINS Marie-Madeleine et MATZ Jean-Michel, Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p.375 et 381 (Collection « Histoire »).

[3] PALES-GOBILLIARD Annette, Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, 1308-1323, Paris, CNRS, 2002, t.2, p. 1299-1417  (Sources d’histoire médiévale, 30).

[4] Bernard Gui entra vers l’âge de dix ans dans le couvent dominicain de Limoges. Il fit des études de logique et de philosophie, de 1281 à 1283. En janvier 1307, il devint inquisiteur de Toulouse, sous le pontificat de Clément V. Il écrivit une grande chronique universelle depuis Jésus-Christ jusqu’à son temps, de 1311 à 1316, les Fleurs des Chroniques. Il n’oublia en effet pas qu’il était un historien. La même année, il accéda au titre de procureur général de l’ordre dominicain auprès du pape. En 1324, il reçu l’évêché de Lodève, où il exerça jusqu’en 1331, à sa mort. GUENÉE Bernard, Entre Eglise et Etat : quatre vies de prélats français à la fin du moyen-âge ((XIIIème – XIVème siècle), Paris, Gallimard, 1987, p. 49-85.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *