Causes sociales du rejet du serment par les hérétiques

À première vue, les raisons qui poussent les différentes doctrines hérétiques à rejeter l’utilisation du serment sont religieuses. Toutefois, il apparaît qu’une raison sociologique peut également être observée dans le Languedoc féodal. En effet, dans la société méridionale, on ignore presque le serment. Celui-ci est remplacé par une simple parole d’honneur, la fides, et par ce qui est désigné sous le nom de promesses réciproques1. Ainsi, les libertés urbaines par exemple sont constituées par un double serment : du seigneur aux habitants puis des habitants au seigneur. Il ne s’agit pas d’un serment à proprement parler mais plutôt d’une « parole d’honneur ». Cette promesse est accompagnée d’un rituel cathare durant lequel les contractants s’embrassent à deux reprises sur la bouche2.

 En observant la population, il est attesté qu’il s’agit plutôt de chevaliers et de seigneurs qui adoptent l’hérésie tandis que le petit peuple reste attaché à l’orthodoxie3. Cela peut s’expliquer par le contexte économique difficile que vivent les petits seigneurs. À cause de la perte de certains de leurs droits seigneuriaux qui apparaît simultanément à une situation d’inflation qui réduit leurs revenus alors que leurs charges augmentent, ils sont obligés de se soumettre aux comtes de Foix, de Toulouse ou aux Trencavel. Leur rejet du serment peut donc exprimer le rejet de l’assujettissement imposé. Marginalisée, la petite aristocratie se sent rapidement plus proche de l’hérésie qui s’oppose à l’Église romaine faite d’ornements rutilants et d’autels luxueux4. Également déstabilisée par les nouveaux pouvoirs unificateurs des princes et de l’Église, la petite aristocratie se replie vers un monde qu’elle connaît : la seigneurie. L’hérésie, qui enseigne une religion beaucoup plus proche de ses disciples, y est bien accueillie car elle rejette les nouveautés religieuses et veut retourner aux anciennes valeurs de l’Évangile5.

Il est important de comprendre que, même hors de l’aristocratie, le rejet du serment est un véritable acte anarchique. En effet, il pose problème pour toutes les relations dans la société de l’époque car il est associé à tout contrat au XIIe et XIIIe siècle6. Le cas du serment illustre donc bien les relations extrêmement complexes qui existent entre l’Église et la société civile durant le Moyen-Âge.

Sylvain STUYCKENS

1Vauchez André, « Le refus du serment chez les hérétiques médiévaux », dans Le Serment. Vol. II. Théories et devenir, CNRS, Paris, 1991, p. 261.

2Ourliac Paul, « La société languedocienne du XIIIe siècle et le droit romain », dans Le Credo, la morale et l’Inquisition, Toulouse, Privat, 1971, p. 207. (Cahiers de Fanjeaux, 6)

3de Puylaurens Guillaume, Chronique, Duvernoy Jean éd., CNRS, Paris, 1976, p. 26-29.

4Biget Jean-Louis, Hérésie et inquisition dans le Midi de la France, Paris, Picard, 2007, p. 58. (Les médiévistes français, 8)

5Ibid., p. 22.

6Ibid., p. 59.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *