Le consolamentum

Parmi les pratiques qui entourent la mort chez les hérétiques, le consolamentum a une place importante. Dans Le Livre des Sentences de Bernard Gui, on parle de personnes « hérétiquées » avant de mourir: il s’agit en réalité de personnes ayant été consolées. Le consolamentum est un sacrement par lequel les hérétiques nommaient les nouveaux « ministres » de la secte1. Il s’agit d’un baptême spirituel par l’imposition des mains. Mais il faut distinguer deux types de consolamentum : celui qui est administré aux futurs ministres de la secte des hérétiques, aux futurs « Parfaits » et celui destiné aux mourants. Il y aurait ainsi une différence entre les « Parfaits » et les « consolés ». Le consolé a attendu le moment proche de sa mort pour recevoir le baptême cathare afin d’assurer la rémission de ses péchés et d’obtenir le Salut. Ce rite permet de le faire entrer dans la secte des hérétiques sans avoir eu à subir toutes les contraintes que doivent respecter les « Parfaits »2.

Ce baptême de l’Esprit s’oppose au baptême de l’eau de Jean-Baptiste auquel les cathares n’accordent aucune valeur. Il consiste en « l’infusion du saint Esprit par imposition des mains, baptême de Paul, baptême de « feu et d’Esprit saint », par opposition au baptême d’eau de Jean-Baptiste, qui opère l’arrivée du consolateur, le Paraclet promis par le Christ à la Pentecôte, d’où son nom de consolamentum, consolament, c’est-à-dire paraclèse ». Ce baptême n’intervient qu’après une période de noviciat qui a pour fin la tradition de l’oraison3.

En ce qui concerne le consolamentum des mourants, le rite est le même. La personne qui veut être consolée avant de mourir devait être parfaitement consciente ; pour faciliter cela, elle peut avoir conclu un pacte avec les hérétiques. Ce pacte ou convenenza permet à une personne mourante et inconsciente d’être consolée. Une fois le mourant consolé, ce dernier doit respecter toutes les obligations d’un « Parfait ». Il ne pouvait ni jurer, ni mentir, ni consommer de nourriture carnée. Il ne pouvait pas non plus manger sans avoir prononcé le Pater. En théorie, il ne pouvait pas non plus manger seul, sans la compagnie d’un Parfait. Il est assisté par un hérétique jusqu’à sa mort afin de ne pas perdre le bénéfice du consolamentum. Si le consolé venait à survivre à sa maladie, il devient alors « Parfait », mais il s’agit là d’un fait extrêmement rare4.

Delfante Amélie



Citer ce billet
neo3 (2013, 3 juin). Le consolamentum. NEO. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrcf

  1. Thouzellier Christine, Rituel Cathare. Introduction, texte critique, traduction et notes, Paris, Les éditions du Cerf, 1977 (Sources chrétiennes n° 236), p. 182. []
  2. Duvernoy Jean, Le catharisme. La religion des cathares, Toulouse, Edouard Privat, 1976, p. 145. []
  3. Ibidem., p. 151. []
  4. Ibidem, p. 164. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.