Archives mensuelles : juillet 2013

Inquisitio. Conclusions d’un séminaire et d’une expérience nouvelle de publication

Avec les dernières notes publiées la semaine passée, s’achève le cycle de travaux consacré à l’hérésie et l’inquisition, au travers du Livre des Sentences de Bernard Gui, tel qu’il a été étudié au cours de cette année universitaire 2012-2013 par les étudiants néo-médiévistes de bac3 (L3) de l’Université de Louvain à Louvain-la-Neuve.

La tenue parfaite de ce projet de publication, l’implication des étudiants, son impact réellement ressenti, tant chez ces derniers  que dans la communauté du web, sont autant de signes forts de la réussite de l’expérience. Elle sera donc récidivée.

Les objectifs étaient multiples : rendre « concret » un travail technique et formateur, accoutumer l’étudiant à la publication sur le web et à ses modèles d’écriture, prolonger un séminaire important en en laissant une trace tangible. Enfin et surtout, faire avancer la recherche scientifique dans ce domaine complexe qu’est l’histoire de l’inquisition et de l’hérésie médiévale, dans le Languedoc. Car les différentes notices ont toutes, chacune à leur façon, chacune avec plus ou moins d’intensité, apporté leur pierre à la cathédrale de l’Histoire. Nous avions demandé à chaque étudiant(e) de proposer ce qu’il/elle lui semblait être le meilleur de son travail, ses « bonnes feuilles », ce qu’il/elle jugeait être le plus novateur. C’est bien ce qui a été fait.

Certes, certaines de ces notices sont plus fragiles que d’autres ; parfois la bibliographie s’avère quelque peu bancale ; l’approche heuristique parfois un peu limitée ; les hypothèses ici ou là trop audacieuses. Nous avions fait le pari de ne pas retoucher ces notices, en laissant la paternité et la responsabilité de son œuvre à chaque étudiant-auteur. Mais au-delà de ces faiblesses inhérentes à une formation en cours et à une première (!) expérience de recherche, des idées neuves sont surgies. Elles mériteraient certainement que des chercheurs s’en emparent.

S’agissant de la procédure inquisitoriale les thématiques suivantes ont été relevées comme signifiantes : le rôle essentiel de l’aveu, les « signes » révélateurs de l’hérésie, les relations complexes entre serment féodal, serment hérétique et serment inquisitorial, la dénonciation sous toutes ses formes, l’ambigüité du « Temps de grâce » des inquisiteurs et la remise au bras séculier comme menace ultime… Tandis que le langage de l’inquisiteur, ses expressions fortes  (« sicut canis, qui revertitur ad vomitum suum ») et « ses » qualifications de l’hérésie semble encore à étudier. Le rôle de Bernard Gui dans la définition de l’hérésie a été réévalué : aurait-il ajouté la sorcière à son répertoire inquisitorial, sur ordre pontifical ? La classification inquisitoriale des types de « juifs hérétiques » doit être réétudiée. Du côté des hérétiques eux-mêmes, les notices ont souligné la complexité que revêt toute tentative de compréhension de leur monde, en raison notamment de la très faible quantité d’écrits qu’ils nous ont laissés. Nombre de dossiers restent ouverts. Ainsi, en vrac : le monde particulier des béguins, les réseaux de prédicateurs hérétiques, la question toujours ouverte de la virginité et du mariage, mais aussi la place des veuves chez les hérétiques, les rituels dits « cathares » et leur réalité (notamment le consolamentum), les dons de vêtement au hérétiques, l’eucharistie blasphémée, la lecture du Textus et le lien des hérétiques à l’écrit…

C’est un nouveau type de publication de recherche scientifique que nous avons tenté ici. Nous espérons que d’autres nous emboîteront le pas. Quant à nous, l’Histoire continue. L’an prochain, la question de la légende noire des Templiers, au travers de l’étude du célèbre procès, sera étudiée et publiée de la même façon, par les successeurs de ces étudiants que nous remercions et félicitons encore ici.

Paul Bertrand

Marie Van Eeckenrode