Les femmes et les hérétiques

Je m’intéresse ici aux relations entre les différents types de femmes accusées d’hérésie et les hérétiques eux-mêmes à partir du Livre des Sentences de l’Inquisiteur Bernard Gui.

Les veuves disposaient d’un statut particulier, surtout si elles avaient déjà un certain âge, n’étant plus sous la domination d’un homme, elles se permettaient sans aucun problème d’héberger des hérétiques et des croyants, hommes ou femmes, en toute liberté dans leur maison.

Les femmes mariées dont le mari ne partageait pas la croyance en l’hérésie devaient logiquement se montrer plus discrètes. Elles rencontraient donc souvent les hérétiques et les croyants à l’extérieur de leur maison, la plupart du temps chez un(e) autre croyant(e) qui pouvait être un membre de la famille (un parent, un cousin,…) ou de la communauté. Elles pouvaient cependant parvenir à tromper leur entourage lorsqu’il le fallait pour les recevoir chez elle, il y a à ce propos un bel exemple : Aladaycis, une femme souhaitant que son mari malade rencontre un hérétique avant de mourir afin le convertir. Elle avait fait en sorte que les personnes vivant chez elle et qui ne croyaient pas en l’hérésie sortent tous de la maison car elle avait prétendu vouloir aller à l’église afin de prier pour le malade. De cette façon, un hérétique pourrait entrer dans sa maison et rendre visite à son mari pendant leur absence1.

Les femmes non mariées constituent un autre cas, notamment quand elles sont encore jeunes, car elles reçoivent alors une punition moins lourde comme c’est ici le cas de Sibille, âgée de 15 ans2.

Un autre type de femme célibataire existe : il s’agit des Parfaites, pendant féminin des Parfaits, disposant d’un statut particulier. Un cas est mentionné dans le Livre des sentences, Aude ou Arnaude Bourrel, dite Jacoba ou Jaquette. Les indices laissés par l’ouvrage de Bernard Gui sont malheureusement insuffisants pour savoir si Parfaits et Parfaites disposaient des mêmes pouvoirs, mais il est en tout cas plus certain qu’Aude Bourrel intervenait davantage auprès des femmes plutôt que des hommes. S’il n’y avait la vierge Marie, je serais tentée de dire au vu des mentalités, que les hommes préféraient adorer un autre homme plutôt qu’une femme.

Laura Di Paolo

  1. Gui Bernard, Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, vol. 1, texte édité, traduit et annoté par Annette Palès Gobillard, Paris, CNRS, 2002, p.  457. []
  2. Ibid., p. 347. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *