Les hérétiques au quotidien: Les vêtements

Lorsqu’on parle d’hérésie aujourd’hui, les premières images qui viennent en tête concerne la torture, les aveux et autres réjouissances. Cependant, ces faits ″hors du commun″ ont tendance à nous faire oublier le quotidien de ces personnes. Or, comme tout être humain depuis les temps les plus reculés, les hérétiques devaient eux aussi s’habiller.

Il n’est pas simple de trouver des informations sur ce sujet et nous avons donc cherché un nouvel angle d’approche. A travers la lecture du Livre des Sentences, nous nous sommes rendues compte que les vêtements étaient en général cités comme support pour différentes actions. Ces différentes actions peuvent se diviser en trois catégories : les dons, un rituel et les châtiments.

– Dons : Nous retrouvons tous types de vêtements dans cette catégorie, que ce soit les tuniques, les manteaux, les coiffures ou encore les chaussures. Nous avons choisi de diviser cette catégorie en trois parties.

  •  Les dons et legs : Ici, nous avons remarqué que ces dons pouvaient être faits en fonction de deux modalités. Dans le premier cas, les croyants font un don à un hérétique et demandent à être acceptés dans la secte à leur mort. Dans le second cas, aucune raison n’est invoquée. Cela pourrait donc être uniquement par gentillesse ou tout simplement par imitation de la charité chrétienne.

(…) elle acheta de grandes bottes fourrées, doublées de tissus blanc, et d’autres petites chaussures pour les donner à l’hérétique Pierre Autier qui était âgé. (…) elle comptait pouvoir être sauvée dans leur foi et leur secte[1].

  •  Les services : Les vêtements apparaissent aussi dans des services que les croyants rendent aux hérétiques que ce soit le fait de les loger, de laver leurs chaussures ou de s’occuper d’une course pour eux.

De même, il reçut de l’hérétique Pierre Autier des gants en peau de cervidé qu’il a portés à une personne qu’il nomme et dont il lui fit faire une bourse pour porter un livre. Il rendit cette bourse à cet hérétique[2].

  • Les dépôts : Cette dernière catégorie comprend les actes où les hérétiques laissent des affaires en dépôts chez certains croyants. Il n’est pas précisé pourquoi les hérétiques ont recours à cette pratique mais cela pourrait venir du fait qu’ils devaient voyager vite et léger pour éviter de se faire repérer par l’Inquisition.

De même, elle reçut en garde la chemise d’un de ces hérétiques, la coiffure d’un autre et un livre dans une bourse[3].

Rituel : Pour cette catégorie, nous retrouvons uniquement la coiffure (couvre-chef) qui apparaît lors d’un salut hérétique.

(…) il a vu plusieurs fois les hérétiques et leur a fait la révérence, tête inclinée et coiffure ôtée, en disant « Bénissez »[4].    

–  Les châtiments : Lors de certaines punitions, les condamnés se voyaient dans l’obligation de porter sur leurs vêtements des bandes de couleurs, faisant ainsi connaitre à toute la communauté qu’ils avaient été condamnés.

En outre, ce faux témoin portera deux langues rouges d’une palme et demi de longueur et de trois doigts de largeur, sur la poitrine, et deux autres suspendues entre les épaules. Mains liées, il sera exposé sur l’échelle devant la porte de l’église cathédrale Saint-Etienne, en ce jour et demain, depuis le point de jour à none, dans la partie élevée sans aucun voile sur la tête, en tunique, sans ceinture, afin d’être vu par l’assistance, ostensiblement et de manière à pouvoir être connu du public[5].

Si Bernard Gui ne nous a presque pas transmis d’informations visuelles sur les vêtements des hérétiques, il nous a, en revanche, fournis des informations plus qu’utiles concernant les usages liés aux habits. D’autres angles d’étude peuvent être envisagés pour découvrir de nouvelles informations sur ″la mode des hérétiques″ : les couleurs, via l’iconographie,…

Article écrit par THIRY Alexandra.


[1] Gui Bernard, Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, 2 vol., texte édité, traduit et annoté par Annette Palès Gobillard, Paris, CNRS, 2002, p. 517.

[2] Ibid., p. 381.

[3] Ibid., p. 299.

[4] Ibid.,  p. 221.

[5] Ibid.,  p. 557.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *