Philippe le Bel, pour une campagne contre le Temple

Le 13 octobre 1307, tous les Templiers du royaume de France sont arrêtés sur ordre du souverain, Philippe le Bel. C’est une sérieuse atteinte aux prérogatives du pape et les choses s’enchaînent très rapidement. Dès le 24 octobre, le maître du Temple confesse que l’ordre pratiquait une cérémonie d’entrée incluant le rejet du Christ. Il signe une lettre, ordonnant à tous les membres de l’ordre d’avouer ce qu’on leur reproche.

Mais quelles sont, justement, les accusations portées contre les Templiers ? Dans le cadre du séminaire d’histoire médiévale, nous avons travaillé sur les différents griefs inculpés aux frères du Temple.1

Dans un siècle qui voit s’affronter la couronne de France et le siège papal, les rapports diplomatiques entre France et Rome s’assimilent à un jeu d’échecs grandeur nature. L’une des pièces majeures en est l’ordre des Templiers … Pour supplanter le pape, il faut à Philippe le Bel l’occasion de lui asséner un coup magistral. Tandis que d’ignobles rumeurs à propos du Temple parcourent le pays, le roi et ses agents trouvent en cette situation l’occasion d’atteindre le pape de plein fouet : puisque l’ordre du temple est placé directement sous la protection du siège papal, la couronne de France éliminera l’ordre du Temple !

La fin justifie les moyens et c’est avec le concours d’un de ses agents les plus efficaces que Philippe IV concrétise son projet. L’homme en question est Guillaume de Nogaret, et il parvient à trouver, dans l’imaginaire et les superstitions populaires, l’inspiration nécessaire à la réalisation de leur noir dessein.

Les aspects mobilisés sont multiples, mais s’articulent tous autour d’un même pilier : la peur. La peur du Diable et des pratiques magiques sataniques ; la peur des groupes sectaires aux agissements dévoyés ; la peur de l’homosexualité et de la sodomie : fléau de l’ancienne ville Sodome, détruite pour le péché qui porte son nom ; la peur des idolâtres, qui louent une figure maléfique ; la peur du musulman : sodomite, idolâtre, persécuteur du juste chrétien, tout à la fois !

Les membres du Temple seront accusés de pactiser avec le Diable pour pouvoir s’enrichir, de ne pas consacrer l’hostie parce que, corrompus qu’ils sont par le mal, ils n’en supportent pas la vue.

Les Templiers sont supposés pratiquer, lors de cérémonie d’admission, des échanges de baisers (à des endroits souvent honteux) comme le faisaient les hérétiques de Rhénanie, au temps de Grégoire le Grand.

On reproche aux Templiers de s’unir charnellement les uns avec les autres, et ainsi, de mettre en péril la patrie de Louis le Pieux. Et d’ailleurs, ne seraient-ils pas les responsables des défaites croisées du XIIe siècle ? Dieu n’avait-il pas le projet de punir les croisés pour les péchés du Temple ?

Les accusateurs des frères du Temple les soupçonnent d’adorer une tête magique. Selon les légendes occidentales, l’existence de ce type de monstre n’est due qu’aux pratiques nécrophiles de quelques hommes perturbés dans leur cœur.

Enfin, et peut-être surtout, les Templiers, de par leurs multiples travers, se rendent coupables de familiarités avec l’islam. On dit les musulmans idolâtres, sodomites et persécuteurs des symboles religieux, comme l’on dit les Templiers adorateurs, homosexuels, et qu’on les accuse de cracher, ou de piétiner voir même d’uriner sur un crucifix.

Comme nous le savons, l’ordre du Temple fut éliminé dans sa totalité. Il faut croire que la méthode était prompte à porter les espérances de son promoteur : par la diabolisation de l’ennemi, ce dernier n’avait aucune chance d’échapper à l’étreinte mortelle des autorités royales de France. C’était devenu le combat de David contre Goliath ; mais l’Histoire diffère de l’épilogue de la légende …

 

Marie-Eve Carton-Delcourt

  1. Notre méthode de travail fut tout à fait personnel : elle consiste en l’analyse minutieuse d’un corpus de sources que nous avons réalisés nous-mêmes, à partir de publications officielles des autorités que nous avons constitué à partir des travaux suivant : LIZERAND Georges (éd.), Le dossier de l’affaire des templiers, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion, 1923 ; VIARD Jules (éd.), Les Grandes Chroniques de France, t. 8, Paris, Librairie Ancienne Honoré Champion, 1934 ; RYMER Thoma, Foedera, conventiones, literae, et cujuscunque generis. Acta publica inter reges Angliae, et alios quosvis imperatores, reges, pontifices, principes, vel communitates, t. 1, 4, s.l., 1745 ; BARBER Malcolm, Le procès des Templiers, Paris, Tallandier, 2007 (Texto). Nous avons pu déterminer les accusations focalisant le plus l’intérêt des autorités françaises. L’attention de la couronne de France se portait dans un premier temps sur les aspects relatifs au rituel d’accession à l’Ordre, ensuite sur les déviances dogmatiques et enfin sur les désordres sexuels. Nous avons travaillé plus en profondeur ces thèmes, et, via la lecture d’ouvrages généraux aux thèmes historiques, mais aussi anthropologiques, nous avons pu collecter différentes informations. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *