L’ordre des templiers: une légende construite de toutes pièces!

      « Depuis toujours, les historiens sont attirés par les templiers dans ce qu’ils ont de sensationnel et de merveilleux. Nombreux sont ceux qui ont pris leur plume pour rendre par écrit le mystère qui entoure encore aujourd’hui cet ordre dont la fin fut si tragique. Que sont devenues ses finances ? Qu’est devenu son trésor ? Historiens, écrivains et chercheurs « d’or » s’en sont donné à cœur joie pour tenter de répondre à ces questions énigmatiques »[1]. Nous avons basé notre recherche sur la construction de la légende des templiers[2] ou plus véridiquement sur la rumeur dite noire qui n’a cessé de croitre au cours du temps.

      Nous avons notamment tenté de traverser l’intégralité des siècles, des pensées et des propos ayant pour thématique l’ordre des templiers. Nous avons pu comparer à la fois les termes utilisés mais surtout l’évolution de la construction de la rumeur. La rumeur prit peut-être un départ au temps de Philippe le Bel[3] mais elle prit surtout des tournants à la suite de la rédaction de certains historiens. En d’autres mots, il a été question de travailler sur l’histoire du Moyen-Age vue par les historiens contemporains. Ceux-ci ont de tout temps créé une légende noire, par opposition à une légende dorée, ce qui est typique de notre société actuelle.

      « Au terme de cette recherche historiographique, quelques conclusions s’imposent sur les jugements portés sur les templiers depuis près de sept siècles. Dès le Moyen-Age, le destin tragique du Temple a divisé les auteurs et focalisé une forme d’anticléricalisme. Les partisans de la monarchie ont assuré la diffusion de ces griefs jusqu’à la Révolution, en exhumant des documents d’archives hostiles aux frères. La réhabilitation de leur réputation a donné du travail au cours du XIXe siècle à un nombre important d’historiens et de romanciers, convaincus de leur innocence et de la pureté de leur cause à l’époque des croisades. L’image noire du Temple a cependant survécu à travers les stéréotypes violents diffusés par les romans de Walter Scott et le cinéma américain jusqu’au milieu du XXe siècle. Nombre de fictions présentent depuis lors les templiers comme des parangons de chevaliers ou des pacifistes avant l’heure, quand elles ne cèdent pas aux charmes-pour ne pas dire turpitudes- de la littérature maçonnique. Force est de constater que l’ordre, ou plus exactement ses membres, étaient animés au Moyen-Age de préoccupations plus prosaïques »[4]. Le concept de scandale évolue chez les intellectuels, les historiens, mais aussi chez le communs des mortels.

      Alors peut-on affirmer que cette légende est une construction de toute pièce depuis l’origine, depuis les nombreuses dénonciations de Philippe le Bel ? Nous pensons que ce n’est pas une faute d’écrire que la légende est dite noire car même si les importantes activités bancaires des templiers contribuent à les rendre impopulaires[5], la perte des templiers faisait de Philippe le Bel et de ses successeurs des souverains absolus[6]. Philippe le Bel avait donc tout intérêt à engendrer une rumeur noire sur l’Ordre des templiers.

      Mais une question subsiste : y-a-t-il vraiment une logique à la pensée de ces historiens et une logique évolutive à cette légende construire dès la naissance de l’Ordre ? N’y-a-t-il pas par hasard un désir de voir se construire au fil du temps cette rumeur, désir si grand que l’on se construit et l’on s’en convainc nous-même dans la lecture des différents auteurs ?

Lucie Gueuning


[1] Claverie Pierre-Vincent, Bibliographie. Essai sur l’historiographie templière et ses déclinaisons culturelles depuis le  14e siècle, Paris, Assemblée nationale, p. 1.
[2] Ibid.
[3] Philippe IV le Bel, né en 1268 et mort le 29 novembre 1314, est le onzième roi capétien. Pour des raisons religieuses, financières et politiques, Philippe IV s’attaque à l’ordre des Templiers et son grand maître, Jacques de Molay est arrêté. En 1312, Philippe IV obtient, au terme d’un procès discutable, la condamnation et la suppression de l’ordre (cfr l’ouvrage d’Alain Demurger sur les Templiers) ; Séminaire presté oralement par le professeur de l’UCL Paul Bertrand.
[4] Claverie Pierre-Vincent, op. cit., p. 12
[5] Thery Julien, « Procès des templiers », dans  Bériou N., Josserand Ph., op.cit., p. 8.
[6] Ibid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *