Edouard II d’Angleterre, de la défense de l’Ordre du Temple à son procès

Après avoir arrêté les Templiers, Philippe le Bel présentera, par le billet de Bernard Pelet, à Edouard II d’Angleterre ce dont on accuse l’Ordre en France1. Mais Edouard II ne croit pas en ces accusations et sera encore renforcé dans cette conviction par le rapport de son sénéchal d’Agen, possession anglaise en France. Il défendra l’intégrité des Templiers auprès de Philippe le Bel et de Clément V et tentera de déjouer la « propagande » du roi de France en prévenant les rois de Portugal, de Castille, de Sicile et Aragon, de la diffamation de ces choses perverses qui sont excitée par des esprits hostiles et cupides, dans une lettre du 4 décembre2 . Cette réaction est révélatrice de la vision qu’avait Edouard II des Templiers, un ordre respectable, qui fut le soutien de la couronne d’Angleterre à de multiples reprises.

Devant l’insistance du pape à vouloir arrêter les Templiers, Edouard II décide de s’exécuter, mais en se contentant de simplement assigner à résidence le grand maître du Temple en Angleterre, William de la More, et surveiller les autres frères. Or, alors que le procès se prépare en France, une série d’évènements va modifier la politique du roi. En effet, depuis le  mariage entre Edouard II et Isabelle de France, la fille de Philippe le Bel, le favori du roi d’Angleterre, Pierre Gaveston, a multiplié les insultes envers la nouvelle reine. Le 18 mai 1308, le roi se voit contraint d’exiler son favori sous la pression du roi de France.

Edouard II comprend rapidement les enjeux qui planent autour de l’affaire de Templiers, entre le pape et le roi de France, et, cinq jours après avoir exilé Gaveston, ordonne que l’on relâche William de la More ainsi que tous les Templiers de son royaume. Par la suite, dans une lettre adressée au pape, nous apprenons que Clément V avait excommunié Gaveston, un mois après la libération du grand maître. S’en suivra alors une longue période de froid diplomatique, jusqu’au mois de décembre 1308 durant lequel les relations France-Angleterre vont s’animer d’une volonté de rapprochement, par des gestes de réconciliation provenant des deux côtés. Alors qu’Edouard II demande à ce que les erreurs faites par Gaveston soient punies, dans une lettre du 26 février 1309, il demande au roi de France de pardonner son favori. Progressivement, à partir 4 mars 1309, Edouard II commence à s’intéresser de plus près aux biens des Templiers dans plusieurs directives qui ont pour objectif d’en évaluer l’étendue, car les caisses d’Angleterre sont vides depuis son avènement sur le trône. Les choses vont s’accélérer au mois de septembre 1309, après qu’Edouard II ait obtenu du pape la promesse de l’absolution de Gaveston dans une lettre datée du 4 septembre3 . En moins d’un mois, il demanda d’enquêter sur les Templiers, pour finalement ordonner leur arrestation au début du mois d’octobre dans tous les territoires sous contrôle anglais4.

Si la première réaction d’Edouard II peut être qualifiée d’émotionnelle comme l’expliquait Barber5, l’évolution de sa prise de position montre bien le poids des relations avec la France et le pape.

Article de Louis Lemercier, étudiant en troisième de bachelier en Histoire à l’UCL.

 

  1. Hérésie, sodomie, reniement du christ, etc. []
  2. RYMER T., Foedera, t. I, 4e partie, 1760, p. 101. []
  3. RYMER T., Foedera, t. I, 4e partie, 1760, p. 152. []
  4. Ce compris l’Irlande, l’Ecosse, l’Aquitaine et le comté de Ponthieu, dans le nord de la France []
  5. BARBER M., Le procès des Templiers, Paris, Editions Tallandier, 2007, p. 313 (traduit de l’anglais par Sylvie Deshayes). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *