Les hérétiques du Languedoc et le pain bénit

« Au lieu du pain eucharistique consacré au corps du Christ, ils fabriquent une sorte de pain qu’ils nomment pain bénit ou pain de la sainte oraison.  Au début de leur repas, le tenant entre les mains selon leur rite, ils le bénissent, le rompent et le distribuent aux assistants et à leurs Croyants »[1].  C’est en ces termes que Bernard Gui, inquisiteur dans la région du Languedoc au début du quatorzième siècle, rendit compte de la négation hérétique de l’hostie consacrée dans son Manuel de l’Inquisiteur, dans le cadre du chapitre dédié aux erreurs hérétiques, un vice de plus à ajouter à la liste des différences cathares.

De manière générale, les inquisiteurs, tels que Bernard Gui ou encore Geoffroy d’Ablis et Jacques Fournier, étaient particulièrement révoltés contre cette pratique hérétique.  En effet les cathares niaient l’eucharistie catholique, considérant qu’il était impossible et inconcevable que l’hostie, du simple pain, puisse devenir le corps du Christ.  Le pain bénit des cathares était alors quant à lui uniquement destiné à commémorer la dernière Cène, ils le rompaient pour rappeler les gestes du Christ lui-même.

Afin de mieux comprendre pourquoi la négation de l’hostie sacrée a suscité un tel tollé chez les inquisiteurs et les catholiques ; sachons que l’eucharistie était au Moyen-âge, et l’est toujours aujourd’hui d’ailleurs, un sacrement des plus importants de la liturgie catholique.  Bien plus que la simple commémoration des gestes du Christ lors de la dernière Cène, c’est aussi sa réactualisation qui rassemble les fidèles.  Le concept de transsubstantiation étant d’une complexité philosophique concertante, cette considération particulière fut souvent critiquée.  A l’époque de Bernard Gui, l’eucharistie prit encore plus d’importance, en témoigne l’apparition de la fête du Corpus Christi (née dans nos régions).  On vit aussi la pratique d’élever l’hostie et le calice à la vue des fidèles – ceux-ci se trouvant dans le dos du célébrant – se généraliser.  De plus la communion était bien moins fréquente que les messes, lui donnant un caractère plus exceptionnel.  L’hostie tenait ainsi une place capitale dans le monde symbolique médiéval.  Une nouvelle forme de dévotion se développa alors ; l’eucharistie étant « le moyen privilégié pour tout Croyant de s’unir personnellement au Christ, moyennant certaines dispositions intérieures ».

Cette remise en contexte de l’eucharistie permet de concevoir l’importance capitale qu’avait l’hostie à l’époque de Bernard Gui.  Nous pouvons aussi comprendre l’attitude des inquisiteurs : en s’attaquant à l’hostie consacrée, les hérétiques se sont attaqués à toute la symbolique qui l’accompagnait.  Oser blasphémer sur le sacro-saint corps du Christ, une dévotion médiévale qui touchait chacun des chrétiens, a provoqué l’indignation des catholiques du Languedoc et des inquisiteurs.

Nicolas Masson


[1] Bernard Gui, Manuel de l’Inquisiteur, trad. et éd. par G. Mollat, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 13.  (Les classique de l’histoire de France au Moyen Age, 44).

Rubin Miri, Corpus christi. The eucharist in late medieval culture, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 321.

Poirel Dominique, « Eucharistie », dans Gauvard Claude, De Libera Alain et Zink Michel (éd.), Dictionnaire du moyen âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 500-501.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *